Charleroi En période d’élections, on assiste à des histoires abracadabrantes.


Tout commence par un post sur Facebook qui prend une ampleur plus importante que prévue. Sébastien Brousse, candidat Ecolo, publie une photo avec un message des plus accusateurs : "Hier, un agent de la Ville dans une camionnette bleue avec un hayon arrière blanc a enlevé des panneaux électoraux (Ecolo et MR) sur un terrain privé ! Devons-nous envoyer une facture à la Ville pour la remise en état ?"

Le message est acco mpagné d’un sentiment "très en colère", m ais pourtant c’est sur le ton de l’humour que c’est publié. Rappelez-vous, Sébastien Brousse a reçu une amende de la Ville pour avoir déplacé les petites étiquettes des panneaux électoraux. "J’ai mis ce mot pour faire le buzz, je ne pensais pas que ça ferait autant de likes", explique-t-il. Et oui, son message a fait réagir de nombreuses personnes, ainsi que le MR de Thuin qui est également concerné par cela mais qui semble peu en colère. "À ce stade, ça ne reste qu’une rumeur, la polémique en reste là. La campagne a été rude, il est temps que ça se termine", annonce Alexandra Alba-Torres.

Ca paraît un peu fou, un ouvrier qui s’introduirait dans une propriété privée pour retirer un panneau électoral. En fait, ça ne se passe pas de cette façon. Le terrain dit "privé" se situe entre le Ravel et un parking public. Apparemment, le terrain est privé d’après le propriétaire. Pour la Ville, cela a l’air plus compliqué puisque ce domaine n’est pas au cadastre. Selon le service urbanisme, c’est un terrain public. "Les ouvriers communaux entretiennent le terrain depuis des années, on y a même planté une prairie fleurie pour les abeilles, personne n’est jamais venu nous dire que ce terrain était à lui", explique Paul Furlan (PS). L’ouvrier a donc juste vu un panneau électoral sur un domaine dit public pour lui et a jugé bon de le retirer.

Terrain public, terrain privé ? L’ouvrier a-t-il bien fait ? Cette histoire des plus folles servira au moins à remettre en ordre le statut de ce domaine. Il est peut-être vraiment temps que la campagne électorale se termine pour que les esprits s’apaisent.