Charleroi Le bourgmestre le rappelle dans le dernier bulletin des questions écrites.


En 2015, la Ville de Charleroi a investi 48.000 euros pour la conception de sa charte graphique dont le C couronné est la base : elle entend en garder la pleine maîtrise et met en garde les tiers qui l’utiliseraient sans autorisation.

Ceux-ci risquent en effet des poursuites et la réclamation de dommages et intérêts. C’est ce que le bourgmestre rappelle dans le dernier bulletin des questions écrites du conseil communal, en réponse au conseiller CDH Mohamed Kadim.

Selon nos informations , aucun contentieux judiciaire n’existe à ce stade, mais la Ville a déjà dû rappeler à l’ordre des usagers. "Pour être habilité à employer ce logo officiel, il faut l’avoir demandé, insiste Paul Magnette (PS). En moyenne, nous recevons une à deux demandes par mois."

La reprise du logo est strictement interdite. "Nous conseillons à nos partenaires officiels de s’inspirer de la charte." Ils ont l’obligation de faire apparaître la signature "C Charleroi" : plusieurs variantes peuvent être téléchargées sur le site communal, où figure le règlement relatif à la charte graphique.

Dans le passé, il existait une multitude d’identités visuelles, du blason de la ville à des représentations stylisées : pour remettre de la clarté et de la cohérence, l’image a été retravaillée. "Aujourd’hui, notre administration est la seule à pouvoir utiliser le C couronné sans autre mention", insiste le bourgmestre.

Autant le savoir avant d’afficher son appartenance carolo sur les réseaux sociaux, sur le site Internet de son entreprise ou dans toute autre communication visuelle.