Charleroi Améliorer les accès et la mobilité pour le confort des navetteurs.

En 2012, la SNCB portait un ambitieux projet de réaménagement (NDLR : à 80 millions d’euros) pour sa gare de Charleroi sud. Les restrictions budgétaires étant passées par là, il a été abandonné : un nouveau masterplan allégé a été défini.

Dans le cadre de sa mise en œuvre, un premier pas vient d’être franchi : c’est l’octroi du permis pour l’agrandissement du tunnel sous voies ouest, vétuste et exigu. Le fonctionnaire délégué l’a notifié à la SNCB, le collège communal carolo vient d’en prendre acte. La transformation sera visible jusque de part et d’autre de la gare : côté Villette et côté esplanade de la Sambre. C’est le bureau d’études Eurogare qui a planché sur le projet. Côté centre-ville, une entrée couverte va être ainsi créée. Pour lui donner de la visibilité, les architectes ont prévu de la greffer à la façade: elle se présentera sous la forme d’une petite halle en longueur. On y accédera soit par une volée d’escaliers, soit par un ascenseur destiné aux personnes à mobilité réduite. Côté Villette, une rampe également adaptée aux PMR sera construite. Un escalier, un escalator et un ascenseur permettront, de plus, d’accéder à chaque quai de la gare, exactement comme dans le couloir est qui a été équipé voici une dizaine d’années.

Élargir le couloir sous voies ouest est une impérieuse nécessité, c’était déjà prévu dans le master plan de 2014. Sa hauteur sera relevée pour le rendre plus accueillant et plus sécurisant. Dans sa globalité, ce projet vise à faciliter les accès à la gare qui accueille chaque semaine plusieurs dizaines de milliers de navetteurs, en intégrant les liaisons intermodales entre la gare de chemin de fer, celle des bus des Tec, le métro léger et la nouvelle esplanade côté Villette.

La conception répond à une volonté d’améliorer la qualité du cadre urbain. Et la mobilité car une autre vocation de ce couloir consiste à connecter le côté Sambre avec le quartier de la Villette où se trouvent les parkings de la SNCB. Dans ce cadre, le passage sous voie est appelé à voir sa fréquentation augmenter : ce sera en quelque sorte un nouveau piétonnier entre l’intra-Ring et Marcinelle.


Une trentaine de millions investis dans le quartier

Cinq opérateurs publics sont associés à ce renouveau urbain.

Réaménagement de l’esplanade de Charleroi sud, reconceptualisation de la gare des bus des Tec avec intégration de la boucle du métro, reprofilage des quais de Sambre en rive droite, remodeling complet des accès à l’arrière avec extension des parkings de la SNCB (leur capacité serait portée à 730 places), création d’une nouvelle sortie de l’autoroute A503 à la Villette pour désengorger l’entrée du centre-ville, élargissement et modernisation du couloir sous voies ouest : ce sont les principaux éléments de la métamorphose qui attend le quartier, alors que sur l’autre rive, la construction du port de plaisance et des premiers buildings du Left Side Business Park se profile à l’horizon.

La complexité de ce dossier, c’est le nombre d’opérateurs qui y sont associés. Il y en a cinq : SNCB, SRWT, SPW, Feder et Ville. Ces partenaires vont devoir se concerter pour accorder leurs agendas et leurs budgets. Ce qui pourrait faire évoluer la facture. À ce stade, l’estimation du coût des travaux s’élève à une trentaine de millions d’euros, hors nouvelle sortie de l’autoroute et remodeling de la Villette, indique-t-on au cabinet du bourgmestre.

Quid du calendrier d’exécution ? Aucune vue là-dessus. Par contre, il faudra respecter des délais : pour bénéficier des fonds structurels européens affectés à ce projet, le réaménagement des quais de la rive droite par exemple doit être terminé pour 2023. La Ville a confié au Port autonome la coordination de ce chantier.

À l’arrière de la gare, le quartier de la Villette va lui aussi connaître une métamorphose à grande échelle : la Ville a prévu de refaire entièrement la rue éponyme qui est dépourvue de dépose-minute dignes de ce nom. En outre, un seul emplacement pour bus et cars, c’est trop peu. Enfin, le projet de construction d’une sortie directe de la A503 donne la mesure du changement.