Charleroi

Jocelyne Marie vit dans un logement de la Sambrienne avec des problèmes d'humidité.

Depuis 2011, Jocelyne Marie vit dans un logement social de la Sambrienne à Roux. Pour 212 euros par mois, elle bénéficie d’une maison avec une petite pièce de séjour, une petite chambre, une salle de bain et une cuisine. Cependant, depuis son emménagement, Jocelyne fait une demande de mutation pour changer de logement; Toutes les démarches ont été réalisées, et pourtant, 7 ans plus tard elle vit toujours dans son logement avec des soucis d’humidité.

Les problèmes ont été nombreux : mauvaise isolation, la cheminée qui ne fonctionnait pas, de l’eau qui coule du plafond dans la chambre, des bois pourris dans la douche, etc. Mais ces problèmes ont été réglés, celui qui ne quitte pas l’habitation est le souci d’humidité et le manque d’isolation. En entrant dans la maison, on constate directement les cartons placés au sol. Que ce soit dans la salle de séjour, la cuisine, ou la chambre, des cartons où des torchons sont placés par terre pour que l’humidité ne remonte pas. “Depuis le premier hiver que j’ai passé, j’ai fait une demande de mutation. J’ai demandé à payer plus cher pour avoir un logement qui ne me rend pas malade”, raconte-t-elle. Sans oublier la moisissure qui est apparue dans la salle de bain.

Ces problèmes d’humidité provoquent des maladies chez la dame. Un rapport du médecin le certifie : “Problème de dos et rhumatisme, à cause de l’humidité dans la maison”. Sur son appareil, à ce jour, il est noté 68 % d’humidité dans la maison pour 25 degrés. Alors qu’au-dessus de 60 %, on peut dire qu’il y a un problème..

Jocelyne a tout fait, notamment des recommandés, prendre un avocat, sans succès. “À la Sambrienne, ils ont dit qu’on allait faire des travaux mais ils ne savaient pas quand.” Le département logement est venu faire trois rapports, aucun ne parlait des problèmes d’humidité. “Ça m’empoisonne la santé. Je ne comprends pas pourquoi ils ne veulent pas me donner un logement convenable.”