Charleroi Sainte Rolende retient à nouveau son souffle, avis aux amateurs

Qui n’a jamais rêvé de mener la vie de château, d’être une princesse courtisée par un preux chevalier ou de combattre des dragons ? Ce rêve peut devenir réalité pour la somme de 5 millions et demi d’euros.

L’antiquaire anversois connu pour ses collections d’art ancien du Japon et de l’Extrême-Orient met en vente son château acquis en 2001.

Le château récemment rénové a appartenu à différentes grandes familles dont celle de l’actuelle reine de Belgique, Mathilde d’Udekem d’Acoz. Même si elle n’y a jamais vécu, ses ancêtres en avaient fait l’acquisition en 1759 pour le céder ensuite en 1816 à la veuve d’Edouard Pirmez.

Éprouvant quelques difficultés à entretenir le domaine (NdlR 8 ha de terrain, 800 m2 de bâtisse, 49 pièces), la famille Pirmez prend la douloureuse décision de mettre en vente le château.

Il est alors racheté par l’antiquaire anversois établi au Sablon à Bruxelles, Tony Cammaert. Ce changement de propriétaire avait jeté un certain froid dans une région riche de folklore. En effet, chaque année à la Pentecôte, la châsse Sainte Rolende arpentait les allées du château. L’antiquaire ne s’était opposé en rien à cette coutume comprenant l’importance de cette marche pour toute la région gerpinoise.

Après avoir restauré le château avec le plus grand soin, Tony Cammaert souhaite céder la propriété à qui se montrera assez intéressé mais surtout passionné par la préservation d’un véritable joyau logé au cœur d’un écrin de verdure.