Charleroi Jean-Noël Gillard est colère : "il dit qu’on ne connaît pas Charleroi, il ne nous a même pas rencontrés !"


Depuis deux jours, Jean-Noël Gillard, la tête de liste de Défi et futur conseiller communal élu, trépigne. Sur les réseaux sociaux et dans les boîtes mails des rédactions locales, il a fait savoir son mécontentement. Nous l’avons contacté pour en savoir plus, lui qui sera présent pour six ans au conseil.

Défi râle. Pourquoi ?

"C’est la question de l’après-élection. Mon analyse, c’est que Défi est un parti qui a gagné les élections. On nous donnait perdants, on est nouveaux, et on décroche deux sièges. Mais Paul Magnette n’a pas pris Défi en compte dans l’équation des négociations. Je ne veux pas paraître ronchon, mais il n’a même pas pris la peine d’échanger avec nous. Il prend les mêmes et il recommence."

Il y aura Ecolo pourtant.

"Oui, une coulée verte pour se donner un air de renouveau. Une majorité PS, C +/CDH et Ecolo ne respecte pas le message global envoyé par l’électeur : Le PS perd des plumes, le CDH aussi, le MR également. Ecolo stagne. Les gagnants, ce sont le PTB et Défi. On aurait bien aimé être consultés, au mieux pour venir à la table des négociations, au pire un contact informel, un échange sur les idées que Défi a à proposer."

Paul Magnette a dit que vous ne connaissiez pas Charleroi

"Ca m’a révolté quand j’ai lu cette interview. Il dit qu’on ne connaît pas Charleroi, alors qu’il ne nous a même pas rencontrés. C’est lui qui ne connaît pas Défi ! Ca ressemble fort à une déclaration à l’emporte-pièce, il préjuge parce qu’il fallait bien dire quelque chose."

C’est quoi la suite ?

"C’est dommage, et c’est une opportunité manquée pour lui. Mais on ne va pas devenir une opposition amère, qui démolit par principe. On va de toute façon rester attentifs, dans le conseil communal, aux dossiers qui touchent le quotidien des Carolos. En restant constructifs, parce que faire l’inverse ne serait pas dans l’intérêt des Carolos."