Charleroi

Recalé. Le don que le député PS Serdar Kilic vient de faire à une école communale de Charleroi à la veille de l'ouverture de la période officielle de contrôle des dépenses électorales va devoir être restitué.

Il contrevient en effet à la réglementation, selon le directeur général de la Ville Christophe Ernotte.

 La loi impose de soumettre tout don à l'approbation du conseil communal. C'est le cas par exemple pour les oeuvres d'art qui sont offertes par des mécènes. Or, l'ordinateur qu'a financé les recettes du bal de l'ancien échevin de l'Enseignement, via l'ASBL Link It dont son attaché parlementaire et son épouse sont deux des cofondateurs, n'a pas obéi à cette procédure. Le matériel ne peut dès lors équiper l'école des Cerisiers comme il le souhaitait. Serdar Kilic semble l'avoir perdu de vue.

Cette polémique donne le ton d'une campagne où personne ne semble disposé à tolérer le moindre écart. Même de la part d'un... "camarade". En publiant sur son profil Facebook une photo où on le voit remettre le PC au directeur de cet établissement d'enseignement spécial, le mandataire s'est lui-même torpillé.

Quoiqu'il dise ignorer si le don était destiné directement à l'école ou à son amicale constituée de parents. Dans ce second cas, l'affaire n'aurait prêté le flanc qu'aux critiques, l'ASBL Link It étant autorisée à agir comme mécène d'associations. Mais si c'est bien l'école qui en a bénéficié comme le laisse supposer l'image du député avec le chef d'établissement, c'est une infraction à la loi.

Le Directeur Général a informer le donateur de son refus, et l'invite à suivre la procédure légale. Link It qui a encore des PC à offrir devra en tenir compte...