Charleroi

Il a investi les écoles carolos. Les pédagogues vantent son action auprès des enfants

CHARLEROI Le Centre de recherche et d’innovation en sociopédagogie familiale et scolaire de l’Université de Mons mène depuis 2008 avec l’aide de la ville de Charleroi une recherche-action de coéducation : Parents partenaires de l’éducation.

Concrètement, l’étude a pour but de permettre l’implication des parents dans l’éducation de leurs enfants. À la base, les chercheurs sont partis du constat qu’une fois arrivés en première primaire, ils n’avaient pas assez de vocabulaire, ils connaissaient à peine 800 mots.

Il fallait absolument trouver le moyen d’inclure les parents dans les apprentissages. Un petit animal ludique a été inventé, une peluche en réalité, du nom de Polo .

La directrice de l’école communale de Charleroi, Buchez Eliane trouve cette initiative très positive : “La peluche a une petite valisette avec des vêtements et tous les week-ends un des élèves la ramène à la maison. Elle vit la vie de l’enfant en famille, les parents complètent un petit cahier avec des photos des différentes activités effectuées. Il montre ensuite cet album à son institutrice.”

Joshua, 4 ans est bien de cet avis : “Polo est gentil, j’apprends plein de choses avec lui, il me suit partout. Il m’apprend à lire, à écrire, à dessiner. Je fais des dessins de lapin partout et puis, en plus, maman et papa passent plein de temps avec moi pour faire les devoirs.”

Les petits doivent également répéter les mots qu’ils ont appris à l’école chez eux. La maman de Joshua est enchantée par ce programme : “On voit qu’ils apprennent des choses, c’est une chouette initiative. Il est content de travailler à la maison, ça fait 3 semaines qu’il a fait connaissance avec ce fameux lapin.”

Régulièrement, Joshua a de petits devoirs à effectuer : “Une fois par semaine avec plusieurs fiches. Quand il rentre, il est pressé de se mettre au boulot. On prend vraiment du plaisir à le faire avec lui et puis il est fier de le montrer à sa madame. On se sent beaucoup plus impliqués et on voit mieux l’évolution à l’école. On s’est vite rendu compte qu’il était intelligent.”

Les enseignants sont également séduits. La formule les a rapidement convaincus. Certains ont conservé le concept mais ont rebaptisé la peluche. Mais cela, c’est un détail !



© La Dernière Heure 2012