Charleroi

Le Mondial de foot en Russie occupe tous les espaces. À la télé et sur Internet, on ne voit quasiment que ça. Si les joueurs et les commentateurs tentent de nous en mettre plein les yeux, il n’en est pas de même pour les personnes atteintes de déficience visuelle. En effet, leur perception du jeu est totalement différente et les commentaires diffusés en soutien d’une image sont complètement inadaptés pour leur faire vivre les moments forts et l’émotion d’un tel sport.

À l’ONA (Office national des aveugles), on a pris les choses en main. La section du Hainaut, basée à Gilly, apporte un soutien dans le quotidien des personnes déficientes visuelles. Même si toutes ne souffrent pas de cécité totale, il est important d’assurer un confort de tous les instants. Si l’Ona met des équipements à disposition des mal voyants, comme des écrans loupes, ils peuvent aussi compter sur le soutien d’associations comme l’ASBL Asa. Cette structure très active permet aux aveugles et aux malvoyants de vivre à fond une rencontre. Non seulement ils sont dans l’ambiance d’un stade mais en plus ils disposent d’un équipement qui comprend des casques et des émetteurs. Un “commentateur” commente en détail les actions et ajoute des anecdotes sur les joueurs et les clubs.

Jérôme Cambier, 32 ans, est malvoyant vit sa passion du foot en toute aisance. Sous les commentaires éclairés de Jean-Marc Streel, il peut se rendre dans différents clubs pour y suivre les rencontres. Grâce à l’ASBL Asa, il avait déjà pu suivre l’Euro. Même si l’expérience avait été une réussite, cela ne vaut pas le match Belgique- Russie auquel il a pu assister.

Jérôme est passionné de foot et est même membres d'une équipe de cécifoot. Le Week-end, quand c'est prévu et qu'un commentateur est programmé, ils se plait à se rendre au stade pour y soutenir par exemple. Les clubs proposant une audiodescription de matches sont peu nombreux. Il n'y a qu'Anderlecht, le Standard et le Sporting de Charleroi qui propose ce genre de service. En Flandre, il n'y en a pas. 

En tant que footballeur Jérôme a pu jouer contre de très grandes équipes comme le Real de Madrid. 

Le jeune homme est aussi très reconnaissant de l'implication de l'asbl Asa qui lui permet à lui et a ses amis de suivre les plus grands événements sportifs comme le mondial et le Mémorial Vandamme.

Jérôme rapporte une anecdote : “Nous avons dû faire essayer notre équipement à l’entrée du stade car les Russes pensaient que nous étions des espions.” Malgré ces bons moments, il regrette que l’audiodescription ne soit pas un réflexe sur les chaînes du service publique comme en France.