Charleroi Philippe Defrise sera le 33e et dernier candidat du PS de Châtelet.


Le PTB qui débauche des candidats du PS, c’est relativement courant. Pour la première fois, un transfert vient de s’opérer en sens inverse : pour sa liste communale, le PS de Châtelet a recruté Philippe Defrise, président de la section locale du parti radical de gauche à laquelle il vient de remettre sa démission.

Le candidat figurera en 33e et dernière position. C’est sous la houlette de la fédération PS d’arrondissement, et d’un certain Jean-Claude Van Cauwenberghe désigné comme "tuteur" que l’opération a pu se concrétiser. Elle est gagnante pour un PS en perte de vitesse qui sera privé de l’appui de deux de ses échevins sortants - Alex Dupanloup et Nathalie Cattalini ont confirmé leur retrait de la vie politique.

Porte-parole du PTB, Germain Mugemangango y voit un épiphénomène qui montre que certains candidats sont plus attirés par un projet de carrière que par un projet de changement. Pour lui, Philippe Defrise joue clairement une carte personnelle. Avec l’ambition de devenir échevin.

Son départ met-il à mal la constitution d’une liste PTB à Châtelet ? "Cela n’est pas encore tranché", poursuit-il. "Nous finalisons l’analyse des résultats de nos consultations citoyennes partout en Wallonie. Dans les semaines à venir, nous établirons la liste des communes où nous serons présents. On réfléchira alors à la co-construction des équipes qui incarneront notre projet local." Selon Germain Mugemangango, les désaccords de fond avec Philippe Defrise se sont multipliés ces derniers temps.

Philippe Defrise veut plonger les mains dans le cambouis des dossiers concrets : "Ce qui n’était pas possible au sein du PTB hostile à l’idée de former une majorité alternative de gauche avec le PS", clame-t-il. "À l’affirmation que ça ne marchera jamais, je veux voir moi même si c’est possible. Nous en reparlerons quand les urnes auront livré leur verdict."