Charleroi Par 30 °C les frigos ont du mal à suivre et les clients limitent leur promenade.


Sur les différents marchés de l’agglomération de Charleroi, les constats sont mitigés selon les articles vendus.

Sur le marché de Châtelet, on trouve encore de tout même s’il a quelque peu rétréci ces dernières années. Les visiteurs ne se bousculent pas forcément mais les visages affichent une belle décontraction et une envie de se balader tranquillement.

Chez les commerçants, le son de cloches est tout autre. À la rôtisserie Declerck, on subit véritablement les fortes chaleurs. La tâche est rendue encore plus pénible devant les grils. Il y règne une température intenable pouvant atteindre les 55°C. L’homme qui fait les marchés depuis 38 ans reconnaît que cette année est particulièrement chaude. Pour ce qui est des affaires, même s’il vend un peu moins en matinée, le poulet a toujours la cote car chaud ou froid il accompagne assez bien une salade ou autres plats froids de rigueur par cette chaleur.

Tout ce qui est charcuteries et fromages connaît également une baisse de fréquentation. Le transport entre l’étal et le domicile fait peur pour la fraîcheur.

Chez Georges, vendeur de fruits et légumes, on fait des affaires. Les gens se ruent sur les fruits frais apportant sucre et fraîcheur. La pastèque est la reine de son étal.

Chez les food trucks les affaires sont malgré tout bonnes. Fernando et Sandra sont dans leur première année d’activité mais le couple a déjà connu toutes les saisons. Les gens viennent moins en matinée mais les clients sont là à midi.

Les vendeurs d’articles à 1, 2,3 euros vendent à tour de bras les mini-ventilateurs et autres appareils pouvant souffler un air un peu plus frais.

Châtelet: Le poissonnier a trop chaud

À la poissonnerie Weerens, la chaleur et les affaires ne font pas bon ménage.

En effet, le poissonnier doit répondre à des normes de conservations très strictes avec des frigos dont la température ne doit pas dépasser 0°C. Les chaleurs mettent à mal les frigos qui ont tendance à "ramer".

Tant que la température ne redescend pas aux alentours des 20 - 25°C, le commerçant se voit obligé de suspendre ses activités entraînant des pertes de marchandises mais aussi d’argent. Heureusement, il pourra transformer certains produits.

L’homme n’en perd pour le moins pas son sens de l’humour, car il remarque que lorsque les gens vont en vacances ils font des cures de poissons et que dans certains pays du sud, les poissons frais ne sont pas conservés dans des frigos. M. Weerens constate de fortes différentes avec nos voisins du nord du pays. Les habitudes de consommations ne sont pas du tout pareilles : "Quand il fait chaud en Flandre, ils n’hésitent pas à manger plus de poissons, car plus léger et plus digeste en période de fortes chaleurs."