Charleroi

Le chantier se terminera fin d’année, pour un coût dépassant les 26 millions d'euros.


Commencés en septembre 2014, les travaux du ring de Charleroi n’en finissent pas. Le chantier était articulé en trois phases et devait initialement se terminer pour septembre 2017. Nous sommes au mois de mai 2018, et les automobilistes ont l'impression que rien n’avance. Que font les entreprises en charge ? Où en sommes-nous ?

La première phase a rencontré des difficultés qui n’auraient pas pu être anticipées, nous dit-on à la Sofico : le chantier a alors pris un an de retard, et le planning des travaux a été entièrement revu. La phase 2 s’est alors terminée au printemps de l’année dernière. 

"On a tout fait pour limiter le retard en engageant 100 ouvriers supplémentaires et en réorganisant les travaux." Cependant, la partie génie civil (gros œuvre) qui devait se terminer initialement en septembre 2017, puis en fin d’année 2017 (après la réorganisation du planning), n’est finalement pas encore finie. Cette troisième et dernière phase se termine tout de même : il s'agit du renforcement de la structure du viaduc, au niveau du parking de la Villette.

À l’heure actuelle, l’entreprise poursuit la mise en peinture de la charpente métallique sous le R9. Un "portique" a d’ailleurs été installé le week-end dernier. Cette structure permettra de travailler au-dessus des voies de chemin de fer en garantissant la sécurité des travailleurs, du rail et de ses usagers, ainsi que de minimiser les coupures de voies nécessaires. Ce portique a une longueur de plus 16 mètres et un poids de plus de 100 tonnes, il permettra de couvrir une zone de travail de 15 mètres. Ce qui explique également pourquoi, depuis le ring, on ne voit jamais de travailleurs : ils sont en fait sous les voies !

Ce portique est placé aujourd'hui au-dessus du parking de la SNCB, et son emplacement évoluera toutes les semaines. Pour éviter de sans cesse modifier les tronçons impraticables, deux parties du ring sont bloquées de la Porte de la Villette/Ville Basse, jusqu’à l’accès depuis l’A503 (Porte de France). Cette partie sera rouverte entièrement avant l’été. Mais c’est le tronçon situé entre l’accès via l’A503 et la Porte de la Neuville qui sera fermé ensuite.

Et qui paye pour tout ça ? On nous répond qu'il n’y aura pas d’indemnités pour le retard lié à la structure, puisque les travaux supplémentaires sont indépendants de la volonté de l’entreprise qui a remporté le marché. C'est la Sofico (donc, nous) qui assumera le coût des travaux supplémentaires, alors que 26 millions étaient déjà sur la table, avant les imprévus. Il y a cependant du retard lié à l’organisation de l’entreprise elle-même, en plus du reste, et elle devra donc des indemnités : les négociations sont en cours et aucun chiffre n’est annoncé pour l’instant.

Il faudra subir encore quelques fermetures du ring, et attendre la fin de l’année pour que le R9 soit entièrement terminé.