Charleroi

Plus de 3.000 réservations de tickets de train au départ de la gare de Charleroi pour Bruxelles, où les syndicats manifestent ce mercredi en front commun.


Ils manifestent contre le plan Pensions du gouvernement fédéral: selon les secrétaires fédéraux de la FGTB et de la CSC de Charleroi Sud Hainaut et Sambre et Meuse, la mobilisation est déjà un succès. "Nous attendons deux fois plus de participants que le 19 décembre dernier où un millier de militants de notre régionale avaient rejoint la capitale", indique Vincent Pestieau de la FGTB. "Au delà des réservations, il faut s'attendre à voir arriver d'autres personnes." 

Cela a amené la SNCB à prévoir deux trains spéciaux supplémentaires en plus des quatre programmés entre 8h24 et 9h57. Les délégations partiront par vagues, pour permettre à tout le monde de rallier la manif: les convois seront bondés. 

En outre, des délégués feront le déplacement en car: des départs sont prévus dans le Sud Hainaut notamment à Momignies. Idem à Châtelet pour le Cora. 

Il faut s'attendre à un impact considérable sur l'activité de nombreux secteurs, tant privés que publics. Hormis les trains qui circuleront, le transport collectif sera fortement perturbé, comme l'industrie où des débrayages sont prévus notamment chez Aperam, Industeel et Thy-Marcinelle. Le mouvement touchera la construction, le secteur verrier, les fabrications métalliques, les administrations, la distribution et même l'enseignement, selon les secrétaires fédéraux. 

Les écoles ne fermeront pas mais des cours y seront certainement supprimés. 

Vincent Pestieau est emballé: "Les travailleurs mesurent les conséquences de ce plan Pensions sur leurs fins de carrières: le gouvernement veut leur imposer de travailler plus longtemps ou de sacrifier des revenus. Ils n'entendent pas laisser passer ça et sont déterminés."