Charleroi

Pixel, que ses maîtres ont retrouvée dans un sale état, a vraisemblablement été torturée.

Cela faisait trois jours que Pixel, la petite chatte de Fabiola, n’était pas rentrée au bercail. Même si le félin n’avait pas l’habitude de « découcher », les chaudes soirées actuelles pouvaient expliquer qu’elle préfère profiter de la fraîcheur de la nuit pour gambader. Mais quand Pixel a passé la porte de sa maison de Marchienne-Docherie, ce mercredi, sa jeune propriétaire a immédiatement compris qu’elle était mal en point. « Elle était très amaigrie et avait l’air hagard. Et son corps était constellé d’innombrables blessures », explique Fabiola, furieuse. « Je me suis rendue chez le vétérinaire en urgence et celui-ci a confirmé ce que je craignais : il s’agissait de brûlures, probablement réalisées à l’aide de mégots de cigarettes. Pixel a vraisemblablement été enfermée et torturée. Je n’ai vraiment pas de mots pour qualifier l’individu qui a pu lui faire ça ! »

Désormais en sécurité, Pixel se retape peu à peu. Le vétérinaire lui a prescrit des anti-inflammatoires et des antibiotiques, ainsi qu’une crème à apposer sur ses nombreuses brûlures. Les risques d’infection sont évidemment grands et la petite chatte est interdite de sortie durant au moins 15 jours. Fabiola l’a donc placée dans une cage confortable afin de lui administrer les soins qu’elle mérite. « J’invite tous les Marchiennois à la plus grande prudence. Il y a un tortionnaire dans notre quartier », ajoute la jeune femme. Force est de constater que, durant les grandes vacances, les cas de maltraitances et de tortures sur les animaux sont plus fréquents. Ils sont souvent le résultat de l’oisiveté de certains adolescents…

© D.R.
© D.R.