Charleroi Parmi les derniers rescapés d’Auschwitz, Alberto Israël témoigne face aux jeunes.


Chaque année, il prend le temps d’aller à la rencontre d’une vingtaine de groupes de jeunes pour les éduquer à la mémoire : Chimay, Mons, Charleroi… La route d’Alberto Israël est passée ce lundi par le lycée Vauban, où il a témoigné devant près de 300 élèves, à l’initiative de la cellule Hainaut Mémoire (lire ci-contre).

Son récit commence en juillet 44 sur une île grecque qui est encore territoire italien à l’époque, celle de Rhodes. Plus de 2.000 juifs y sont embarqués sur des bacs à bestiaux à destination d’un premier camp de concentration à Athènes : c’est le début d’une migration dont ils ne seront que 150 à revenir vivants. Personne n’imagine que le voyage les conduits en enfer, celui des camps de la mort. Après un court séjour de sélection, les déportés sont poussés dans un train. En fait, ils ignorent où ils partent et s’accrochent à l’espoir naïf que c’est pour une vie meilleure.