Charleroi

Le sauvetage du HF4 est-il mis en péril ?


C’est la crainte du collectif citoyen mobilisé pour la sauvegarde de cette cathédrale industrielle sur le site de Carsid, où son propriétaire, le groupe Duferco, procède à des travaux de démolition. Il y est autorisé en vertu d’un permis. Permis dans lequel le maintien de certains éléments lui a été imposé, selon la porte-parole du collège et du cabinet du bourgmestre.

Les membres du collectif craignent des dégâts irréversibles. Pour s’en prémunir, ils ont adressé un courrier au gouvernement wallon et au collège communal dans lequel ils tirent la sonnette d’alarme. Il est indispensable de s’assurer que les démolitions ne risquent pas de compromettre la valorisation de ce patrimoine majeur.

Comme le confirme le ministre wallon du Tourisme René Collin (CDH), le gouvernement wallon a marqué son accord à l’octroi d’un subside de 4 millions d’euros pour financer une valorisation. "Mais la libération des fonds est conditionnée à l’approbation d’un projet que la Ville doit définir elle-même. À ce jour, nous ne l’avons pas encore reçu", indique-t-il.

Les grandes ambitions de départ ont été abandonnées : la réhabilitation complète du site n’était pas dans les moyens budgétaires de la Wallonie ni de la ville, on y a renoncé. À ce stade, la volonté est de maintenir la présence du HF4 dans le paysage urbain, dont il est un marqueur important.

Depuis bientôt 5 ans, le collectif citoyen soutenu par une pétition de plus de 5.000 signatures milite en faveur du maintien du HF4, le dernier haut-fourneau complet de Wallonie. Une demande de sauvegarde provisoire du site, à titre conservatoire, a été introduite. Les membres du collectif insistent pour qu’elle soit réexaminée. Et veulent encore croire à la création d’un mémorial qui renforcerait le pôle de tourisme industriel carolo.