Charleroi

Voilà qui risque d’attiser le débat préélectoral, ce mardi au centre culturel de Mont-sur-Marchienne où le bourgmestre Paul Magnette (PS) va à la rencontre de ses concitoyens dans le cadre de sa campagne. 


Dans une réponse écrite au député MR Nicolas Tzanetatos, le ministre wallon de la Mobilité Carlo Di Antonio (CDH) confirme en effet que "c’est avec l’assentiment de la Ville, ‘à son impulsion’, selon ses termes, que s’est imposé le projet de mise à sens unique du bas de l’avenue Pastur". Dire que le sujet est sensible tient de l’euphémisme : sur ce tronçon de 800 mètres de la RN53, où se trouve le domicile du bourgmestre, ont fleuri des dizaines d’affiches de protestation.

Ce scénario d’aménagement s’inscrit dans le cadre de la création de deux lignes de bus à haut niveau de service (BHNS) pour désengorger l’entrée sud de la ville : l’une sur la N5 à destination du Bultia, l’autre sur la RN53 (avenue Pastur) vers Bomerée où, dans un souci d’efficacité, il est envisagé d’interrompre la circulation dans le sens descendant entre la rue du Beau Site et l’avenue Émile Rousseau.

Selon le ministre , ce projet répond à un quadruple objectif : allégement de la charge de trafic, amélioration du cadre de vie par la plantation d’arbres, maintien de l’offre actuelle de places de stationnement et, enfin, intégration de deux bandes de bus en site propre pour renforcer l’efficacité du BHNS, qui doit à terme constituer une véritable solution à la voiture.

Carlo Di Antonio assure que la sécurité et la qualité de vie des quartiers périphériques seront préservées, comme l’accessibilité aux commerces situés sur ce tronçon d’environ 800 mètres. Il va sans dire que cette analyse n’est pas partagée par tout le monde : Paul Magnette est attendu de pied ferme ce mercredi. À charge pour lui de s’exprimer au sujet de ce dossier sur lequel on l’a surtout entendu jusqu’ici botter en touche. Ambiance.