Charleroi L'arrivée de son fils met les malfaiteurs en fuite.


Les peines de prisons de Vincenzo Caltagerone, Ismaël Elhachmioui et Gary Kacic sont connues. Les deux premiers écopent de 6 ans de prison et le dernier 8 ans. Ils ont été jugés après avoir tabassé Francesco un septuagénaire de Montignies-sur-Sambre dans le but de le voler.

Le 17 août dernier, Caltagerone et Kacic tous les deux encagoulés ont frappé à la porte de leur victime. Dès qu’il a ouvert, Francesco avait été frappé au visage, jeté dans son divan et roué de coups.

L’un des malfrats, qui portait une arme d’airsoft, l’a même étourdi d’un coup de crosse. Le troisième était resté à l’extérieur pour faire le guet.

"Ils ont tenté de l’étouffer jusqu’à ce que le fils de la victime, qu’ils n’avaient pas vu, intervienne et les mette en fuite", avait expliqué Me Doumont, défenseur de Francesco.

Les enquêteurs n’ont rien laissé au hasard et l’ADN décelé dans des cagoules abandonnées dans le quartier avait fini par "matcher". D’où la citation des trois prévenus devant le tribunal correctionnel.

Vincenzo balançait : "je buvais des pintes au café quand on est venu me chercher. Ils savaient que j’avais déjà commis un braquage dans un tiercé deux mois plus tôt. Je devais simplement maîtriser la victime. J’avais besoin d’argent pour me payer ma cocaïne. Je venais de perdre mon boulot et ma femme."

Ismaïl livrait sa version : "Moi, je faisais du motocross dans le coin quand ils m’ont demandé de faire le guet contre un billet. Ce devait être un simple cambriolage. D’ailleurs, quand j’ai entendu les cris, j’ai pris la fuite." Pour le parquet, l’agression était bien préméditée comme l’attestaient les communications téléphoniques. Kacic en fuite avait été jugé par défaut.