Charleroi

Laurence Cornet n'a pas été choisie pour faire partie du collège de Montigny-le-Tilleul, alors qu'elle a réalisé le 2e score.

Le collège à Montigny-le-Tilleul n’est pas entièrement formé, il devrait être connu d’ici vendredi soir. Jusque-là, si on ne connaît pas encore le nom des élus, on sait qui ne le sera pas. Laurence Cornet, la sœur de Véronique, ne sera pas échevine malgré son deuxième score de la liste (509 voix).

Récemment, elle a été au cœur des scandales à cause d’une histoire d’heures non prestées à la commune. Laurence Cornet est agent statutaire à la commune de puis 1998, d’abord à la bibliothèque, ensuite au Foyer Culturel. Après les élections, certains ont dénoncé une situation connue au sein de l’administration : des heures n’auraient pas été prestées par Laurence Cornet et deux autres personnes, au total 2.800 heures sont comptabilisées. À l’époque, les trois employés travaillaient chacun à leur tour. Une personne devait être présente en permanence. Ils travaillaient donc 3 jours de 12h et étaient en congé une semaine. “Ensuite une pointeuse est arrivée, mais le fonctionnement restait le même. Ils n’ont jamais reçu de lettre pour leur dire de faire attention. C’est donc resté ainsi”, explique son frère, Thomas Cornet. Pour lui, ce problème provient d’une mauvaise gestion, et Laurence Cornet n’a rien à se reprocher : la loi prévoit l’obligation pour l’employeur de fournir du travail à ses employés.”

De cette histoire , le comité MR a décidé de ne pas inclure Laurence Cornet dans le collège communal. “Pour une question d’éthique et de bonne gouvernance, ils ont préféré qu’elle ne soit pas dedans”, explique la bourgmestre, Marie-Hélène Knoops. Pour Thomas Cornet, c’est l’étonnement : “ils essayent d’inverser les rôles. Tout le monde était au courant avant les élections et ils ont quand même choisi de la mettre sur les listes. Et maintenant on la dégage.” La famille Cornet a décidé de porter plainte contre l’administration pour prouver que Laurence Cornet n’est pas en tort. “C’est l’employeur qui est en tort et non l’employé. Laurence n’a rien à se reprocher.”

Laurence Cornet peut tout de même choisir de garder son poste de conseillère communale, bien entendu après avoir démissionné de son poste au sein de l’administration.