Charleroi

Marie-Hélène Knoops a présenté la liste MR de Montigny-le-Tilleul qu’elle mènera pour les élections communales 2018. 

21 candidats représentent le parti local dont 9 qui n’avaient, jusqu’à aujourd’hui, jamais participé à une élection.

Un bilan des 6 années a d’abord été présenté. Un mandat difficile pour le groupe MR ainsi que pour toute la commune, puisque Véronique Cornet (MR), la bourgmestre élue en 2012, est décédée il y a deux ans. Marie-Hélène-Knoops a alors repris le flambeau. “Ce ne fût pas facile mais on y est arrivé, en équipe”, affirme-t-elle. Parmi cette nouvelle liste, Marie-Hélène Knoops se présente en première position. Suivie de Joseph Corso, Nathalie Ghérardini, Benoit Goens et Patricia Potigny. La présidente du MR locale, Céline Peeterbroeck, se présente en 6ème position.

Les nouvelles têtes , elles arrivent un peu plus loin dans la liste. Parmi ceux-ci, des jeunes investis dans leur commune on fait le choix de participer à la vie politique. C’est notamment le cas de Mathieu Moulin, 18ème sur la liste. Le jeune garçon n’a que 21 ans. Gérer ses études de droit et sa participation dans le MR ne lui fait pas peur. “Je n’aime pas m’ennuyer. Et j’ai un mentor qui est Adrien Dolimont, c’est un exemple pour moi car il est devenu échevin à Ham-sur-Heure très jeune et a dû concilier ses études et son investissement en politique.”

Parmi ses nouveaux candidats, une se démarque des autres, c’est Laurence Cornet. C’est la sœur de Véronique Cornet, la précédente Bourgmestre. La citoyenne, active dans la commune depuis des années a souhaité s’investir d’une autre façon, mais également pérenniser l’héritage de sa famille. En effet, la famille Cornet à Montigny-le-Tilleul c’est une grande histoire. Le grand-père, le père et la sœur ont été élus bourgmestre. Après le décès de Véronique Cornet, son frère a souhaité se retirer. Laurence, quant à elle a souhaité s’y investir. “J’avais la volonté de la soutenir pour pérenniser l’héritage de la famille. Nous avons baigné dans la politique depuis notre plus jeune âge. J’ai toujours été active dans ma commune mais dans l’ombre. Aujourd’hui, je veux continuer à construire pour faire bien vivre ma commune.”