Charleroi

18 mois de prison avec sursis pour Robby.


C’était le 1er juillet à Pont-à-Celles. Ce jour-là, Robby avait bu 6 ou 7 bières et, pour un motif bénin, il s’en est pris à sa compagne, Laurie pour lui porter des coups. « Je l’ai giflée et je l’ai frappée dans les bras, rien de plus », s’est-il expliqué devant le tribunal. « Les nombreux hématomes, c’est parce qu’elle était déjà tombée dans les escaliers. C’est vrai que j’ai aussi cassé une vitre parce qu’elle ne me laissait pas rentrer. Et quand les ambulanciers sont arrivés, j’ai eu des remords et j’ai voulu aller m’excuser auprès d’elle dans l’ambulance, ce que les secouristes n’ont pas compris ».

Effectivement, l’ambulancier qui a vu Robby arriver torse nu, en furie, a pris ça pour des menaces et a préféré prendre la poudre d’escampette. Laurie, la victime, est quant à elle revenue sur sa version. « Elle dit qu’elle lui a pardonné et que les policiers lui ont monté la tête pour faire ses déclarations », a râlé le substitut Vervaeren à l’audience. « Elle veut juste reprendre la vie commune avec le prévenu mais, à l’époque, ce qu’elle a raconté était très précis. Il l’a en effet rouée de coups de pied et de poing avant de placer une balle de base-ball dans une chaussette et la frapper. Il a également défait sa ceinture et l’a fouettée avec la boucle. Ce jour-là, il a totalement perdu le contrôle ».

Pour le parquet, qui a requis 24 mois de prison avec sursis probatoire, Robby doit absolument régler ses problèmes de violence et d’alcool. A la défense, Me Napoli n’a pas contesté les faits et a également sollicité une mesure de faveur qui permettra à son client de se soigner. Le tribunal est finalement parvenu à la même conclusion : Robby écope de 18 mois de prison avec sursis probatoire.