Charleroi

Un prévenu de 32 ans a écopé de 40 mois de prison ferme, ce lundi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi.


Le 3 avril dernier, la compagne de Cédric L. avait refusé qu'il entre chez elle, au vu de son état. Il avait insisté et elle avait appelé la police. Entre temps, le prévenu avait bouté le feu à une caisse contenant des journaux et placée en bas d'un escalier en bois menant à plusieurs appartements. 

Les policiers étaient cependant arrivés à temps pour éteindre les flammes et évacuer de justesse les occupants. Les deux inspecteurs avaient d'ailleurs été intoxiqués. "Il y avait plusieurs locataires dans cet immeuble dépourvu de détecteurs incendie et de sortie de secours", a constaté la substitute Puissant. 

Intercepté sur place, Cédric L. avait été trouvé en possession de deux briquets. Il s'était rebellé envers les policiers, brisant des panneaux dans le combi avant de porter un coup de pied au visage d'un inspecteur et de cracher sur l'autre. Au poste, il s'était encore montré menaçant et insultant. 

A l'audience, le parquet a retenu la gravité des faits qui auraient pu causer la mort de plusieurs personnes, mais également le casier judiciaire du polytoxicomane, pour finalement requérir un minimum de quatre ans de prison. 

Me Brocca, conseil du prévenu, n'a pas contesté la matérialité des faits. Il a concédé que lors de son arrestation, Cédric L. était une véritable épave mais qu'il avait depuis lors entamé des démarches pour soigner ses diverses dépendances. Au terme de sa plaidoirie, Me Brocca a sollicité une peine de probation autonome. 

Le tribunal a toutefois relevé la gravité des faits qui auraient pu avoir des conséquences tragiques pour condamner le prévenu à 40 mois de prison ferme.