Charleroi Yazid, sous bracelet électronique durant les faits, avait foncé sur les inspecteurs


C’était une matinée de septembre 2017, à l’heure où certains sont déjà sur le chemin du travail. Yazid, lui, zonait à Courcelles au volant d’une voiture non assurée et portant des plaques volées. Lorsqu’il a brûlé un feu rouge sous les yeux d’une patrouille de police, les inspecteurs ont tenté de l’interpeller. "Je ne comprends pas pourquoi ils m’ont suivi. Ils avaient mon numéro de plaque et pouvaient venir me chercher chez moi", s’est défendu l’intéressé devant le tribunal correctionnel de Charleroi.

Au lieu de s’arrêter, Yazid a poussé sur le champignon, roulant à tombeau ouvert en pleine agglomération. "Il était à 120 km/h, empruntait des sens uniques, brûlait des feux. Si un père ou une mère de famille avait croisé sa route, il aurait pulvérisé sa voiture. Il aurait fallu une intervention divine pour que les conséquences ne soient pas mortelles, a grondé le substitut Bury. Il a même atteint la vitesse vertigineuse de 195 km/h. Il volait littéralement sur les casse-vitesse ! Lorsqu’une patrouille s’est placée en position d’interception et qu’un inspecteur est sorti pour l’arrêter, il a foncé sur lui. C’est encore arrivé à deux reprises avant qu’une équipe de la zone Mariemont ne finisse par le coincer."

Yazid, lui, estime que les inspecteurs n’avaient pas à l’extirper de sa voiture pour le jeter au sol et lui mettre un pied sur la tête. "Il est plus inquiet de savoir s’il récupérera sa voiture que du comportement qu’il a adopté. À l’épaisseur de son casier judiciaire, il faut ajouter une expertise psychiatrique inquiétante", a précisé le parquet tout en requérant quatre ans de prison ferme.

Coincée par les antécédents de son client qui vient d’être condamné par défaut à trois ans de prison et qui, à l’époque des faits, était sous surveillance électronique, l’avocate de Yazid n’a pu que solliciter un sursis probatoire, assorti de conditions strictes.

Mais le profil du prévenu a joué en sa défaveur : le tribunal a effectivement suivi les réquisitions du parquet et condamné Yazid à quatre ans de prison ferme. Sa voiture est également saisie.