Charleroi Les magasins zéro déchet ont du succès dans la région, il y en a six actuellement.


L’écologie, l’environnement, le zéro déchet et les produits locaux sont des valeurs et des attitudes de plus en plus présentes auprès des citoyens. Depuis un an, les épiceries zéro déchet font donc leur apparition dans la région. En commençant en novembre par Vrac’attitude à Gerpinnes. Montigny-le-Tilleul, Thuin, Courcelles et Pont-à-Celles ont suivi. Un magasin bio a également ouvert à Charleroi, Biocap, différent des épiceries zéro déchet mais qui vend également des produits en vrac.

L’objectif d’un magasin en vrac (ou zéro déchet) est de générer le moins de déchets possible. Les produits sont disposés dans un grand récipient et les clients viennent avec leur récipient pour le remplir comme ils le désirent. Des contenants sont également vendus sur place si besoin. Du chocolat, des céréales, des pâtes, des épices, du café, du thé, on y trouve de tout. Des produits de nettoyage naturels, des produits pour le corps également, du shampoing, du savon, du démaquillant, etc. En plus d’être vendus en vrac, les produits sont généralement naturels et bio.

C’est également une épicerie locale. Les produits frais comme le fromage, le pain, les fruits et légumes, proviennent de producteurs locaux quand cela est possible. Et au niveau du prix, il est généralement plus bas que dans une grande surface. Certains produits paraissent plus cher mais durent plus longtemps. "Les gens font une économie financière de 40 %", annonce Arnaud, le gérant de l’épicerie La Baraque à vrac à Thuin. La gérante de l’épicerie de Gerpinnes l’affirme également : "Le prix est plus bas car il n’y a pas d’intermédiaire, on reçoit les produits presque directement du producteur."

Les épiceries zéro déchet ont plutôt du succès. Que ce soit à Thuin, à Gerpinnes ou encore à Pont-à-Celles, les clients sont nombreux, les va-et-vient se font réguliers dans les épiceries. À Gerpinnes, si la gérante s’y est installée, ce n’est pas par hasard : "J’ai fait une étude de faisabilité sur Florennes, mais ça n’aurait pas fonctionné. À Gerpinnes, il y avait un potentiel. Des choses sont déjà mises en place par des citoyens au niveau des circuits courts et de l’environnement. Il y a un bon panel de clients ici."

Mais pourquoi acheter en vrac ? Les clients sont sensibles à l’impact du plastique sur l’environnement. "Il y a aussi le côté bio, les gens ne font plus confiance aux grandes surfaces, ils préfèrent faire vivre les petits producteurs. Mais aussi pour la qualité du produit." Faire ses courses dans une épicerie bio, c’est également plus accueillant, plus convivial. Les habitants du même village se connaissent, se rencontrent et discutent. C’est un lieu de partage et de proximité entre le client et le vendeur, ce qu’il n’y a pas dans une grande surface.

Six épiceries zéro déchet existent dans la région de Charleroi, chacune vend des produits différents, locaux, bio et sans déchet.

© D.R.

Historiquement, ça a commencé à Gerpinnes

Le premier magasin zéro déchet a s’installer dans la région du Sud Hainaut, c’est à Gerpinnes. La gérante, Josine Hillaert, s’y installe en octobre 2017. "Je me suis reconvertie dans ce métier. Après avoir fait trois burn out, on revoit ses priorités. J’ai cherché ce que je voulais faire de ma vie étant une maman. Je me suis lancée dans la conception d’un projet pour me tourner vers le zéro déchet au fur et à mesure. Je ne voulais pas que des produits bio, je voulais faire du local, faire vivre les agriculteurs de la région. J’ai découvert beaucoup de choses autour de moi. Le projet s’est mis en forme", raconte-t-elle. Des produits de grands fournisseurs sont bien évidemment vendus, mais également des produits locaux et régionaux. Des fruits, des légumes, du fromage, des confitures, de la farine, de l’huile, du vin, des bières, des céréales, des fruits secs, des produits cosmétiques, d’entretien, d’hygiène, etc. Le magasin est très complet, les clients sont nombreux et apprécient ce magasin de proximité où l’on peut tout trouver tout en faisant ses courses dans un petit magasin local. Les produits sont vendus en vrac par le principe du zéro déchet.

3 questions à Josine Hillaert, gérante:

  1. Quel est le principe d’un magasin zéro déchet ? "Le principe est de réutiliser ses contenants afin de réduire ses déchets."
  2. Quel est l’avantage de consommer dans une épicerie en vrac ? "Les produits sont locaux. Aujourd’hui, les produits industriels sont remplis de sucre, on y perd le vrai goût des aliments. Dans les produits vendus ici, on retrouve le vrai goût, comme dans le pain fabriqué à la main qui a beaucoup de succès."
  3. Outre le principe du zéro déchet, qu’apprécient les clients dans ce style de magasin ? "C’est l’idée de proximité. Les citoyens se retrouvent, se rencontrent. On discute, on prend le temps d’avoir une conversation. Je remarque souvent des clients qui se disent bonjour ou qui se retrouvent après ne s’être plus vus depuis des années. Dans un grand magasin, on passe à côté, ici c’est plus petit. Il y a beaucoup d’entraide dans le village. Les gens apprécient de venir acheter leurs produits dans les magasins locaux afin de faire vivre les voisins."


Cinq autres magasins ont depuis ouvert un peu partout

Le Colibri à Pont-à-Celles

  • Cette épicerie zéro déchet s’est installée à Pont-à-Celles début du mois de juin. Il y a peu ! On y trouve pas mal de produits en vrac comme des pâtes, des confitures, des biscuits, des fruits et légumes, du fromage. Des récipients comme des gourdes, des pots, sont vendus également. Les boutiques zéro déchet sont toutes différentes l’une de l’autre, les produits proposés proviennent également d’endroits différents. Une épicerie n’est pas l’autre !

Biocap à Charleroi

  • Biocap, ce n’est pas réellement un magasin zéro déchet. Mais il s’en rapproche. Le magasin, plutôt grand, vend des produits bio et parfois en vrac. C’est une grande marque qui se situe dans plusieurs villes. La première idée n’est pas de vendre du zéro déchet, mais c’est de vendre des produits bio. Pourtant, des produits en vrac sont tout de même présentés. Ça ressemble à une grande surface, il n’y a donc pas cette idée de proximité avec les clients.

Biorganix à Montigny-le-Tilleul

  • Biorganix s’est installé il y a quelques mois. Le magasin vend des produits biologiques, des cosmétiques et des compléments alimentaires. Ce magasin est plus grand qu’une épicerie zéro déchet habituelle. Tout s’y trouve ! Du vin, des fromages, des fruits, des légumes, une boulangerie, du jus de pomme, du thé, etc. Il y a aussi beaucoup de produits pour le bien-être. Cette marque de magasin se trouve également à Ciney.

Le comptoir du bio à Courcelles

  • Le magasin a ouvert ses portes il n’y a que quelques semaines, le 8 juin pour être exact. Les produits sont vendus en vrac ici également. On y retrouve un petit peu de tout : pâtes, farine, huile, charcuterie, viande, confiture, pâtisseries, des produits d’entretienset de cosmétique, etc. Les produits sont généralement bio, mais ne sont pas forcément locaux. Les pâtes sont italiennes, mais le pain est fabriqué à Charleroi. On retrouve de tout et de partout !

La Baraque à Vrac à Thuin

  • Au mois d’avril, une épicerie zéro déchet a ouvert à Thuin. Alain et Arnaud se sont lancés dans ce projet fou de vendre des produits sans déchets. On y retrouve, pour l’instant, des produits basiques : farine, céréales, pâtes, chocolat, biscuits, ou encore des produits de cosmétiques comme du savon, du shampoing, de la lessive. Du pain et des fruits seront par la suite accessibles. Les deux gérants ont l’objectif d’ouvrir ce genre de magasin dans d’autres villages.