Charleroi L’abbaye d’Aulne, les Lacs de l’Eau d’Heure… il faut réussir à les convaincre.


Ils sont près de 150 millions en Europe aujourd’hui, et on en prévoit 600 millions d’ici 2020 : les touristes chinois, avec le développement de la classe moyenne là-bas, sont un gros marché à conquérir pour la Wallonie. "Avec Air Belgium, on collabore depuis un an et demi pour prévoir au mieux l’arrivée des Chinois à l’aéroport de Charleroi", explique le ministre du Tourisme René Collin (CDH).

En réponse à une question de la députée Véronique Salvi, il a détaillé son plan pour conquérir le cœur des touristes en provenance de Chine : "Dès que la compagnie Air Belgium aura communiqué le nom des villes que ses vols desserviront, nous proposerons des circuits adaptés aux attentes et aux besoins des Chinois. On était déjà présent au salon du tourisme IBT China l’année passée, et on va commencer à diffuser des vidéos de promotion des destinations sur les vols d’Air Belgium, en partenariat avec les offices du tourisme."

Aujourd’hui , les touristes chinois viennent en groupes, dans des tour- opérateurs qui font, par exemple, Bruxelles-Amsterdam en un jour. Pour réussir à convaincre ces touristes "qui viennent surtout faire des photos et du shopping" de revenir, avec leur famille, faire des séjours plus longs, il faut les capter dès l’aéroport. "Dans la région de Charleroi, on sait qu’on peut mettre en avant l’abbaye d’Aulne, puisqu’une série à succès qui réunit 300 millions de Chinois devant leur téléviseur y a été tournée. Il y a aussi les Lacs de l’Eau d’Heure : par essence, le touriste chinois est à la recherche d’expériences uniques. On peut par exemple imaginer survoler les lacs en montgolfière, faire des activités nautiques qui sortent de l’ordinaire, etc."

Et pour accueillir au mieux tout ce beau monde, il faut aussi s’adapter à leurs attentes. Un label "Formation Qualité Chine" a été mis en place à destination des opérateurs locaux. Ce sont des "trucs et astuces" pour satisfaire la clientèle asiatique. "Par exemple, il faut penser à prévoir des chaussons, il ne faut pas leur attribuer de chambres qui portent le numéro 9 parce que ça porte malheur, il faut penser à leur servir en une fois l’entrée, le plat et le dessert puisqu’ils aiment avoir tout sur la table en même temps, et il faut aussi prévoir des bouilloires dans les hôtels, puisqu’ils consomment beaucoup de nouilles."

Un problème subsiste pour permettre à la région de Charleroi d’aller piocher dans la manne de touristes asiatiques : Air Belgium a, encore une fois, dû retarder ses premiers vols. La compagnie belge, établie au BSCA de Gosselies, n’a pas reçu l’autorisation de survoler la Russie, ce qui l’empêche de facto de relier correctement l’Asie.

Reste à espérer que d’ici les prochains mois, un accord soit trouvé. Sans quoi les touristes chinois iront dépenser leurs yuans ailleurs.