Charleroi Dans l’administration, des DG "faisant fonction" sont en place depuis 10 ans.


À Charleroi, l’administration communale a entamé sa mue. Son organigramme n’est plus du tout adapté aux modernisations et changements qui en ont profondément modifié la structure. Et pour cause : cet organigramme a pratiquement 20 ans, il date de l’an 2000.

Selon le directeur général adjoint ff Lahssen Mazouz qui s’en explique dans le magazine du personnel de juin, "le fonctionnement s’est complexifié, engendrant un manque d’interaction, de collaboration interservices. C’est pour améliorer l’efficacité opérationnelle qu’une restructuration a été engagée." Dans ce cadre, la Ville a fait appel à l’expertise d’un consultant externe, la Comase. Un audit a mis au jour l’absolue nécessité de simplifier l’administration, où travaillent 3.500 agents en ce compris les accueillantes scolaires.

Il a été proposé de la réduire à trois grands départements, qui dépendront directement de la direction générale : l’aménagement et le développement, les ressources internes et enfin, la Vie citoyenne. À leur tête, trois inspecteurs généraux viennent d’être recrutés, deux sont issus du personnel. Le département des Finances constitue quant à lui un département indépendant, sous l’autorité du directeur Financier.

Selon Lahssen Mazouz, "la dernière phase de la réorganisation est en cours, elle consiste à affiner le fonctionnement." Impact de cette transformation ? "Au quotidien, les agents et les usagers ne verront quasiment pas de différence, mais cela va favoriser une nouvelle dynamique, renforcer l’identité de notre administration et créer une culture d’entreprise. La volonté est que chaque agent puisse retrouver la fierté de travailler pour la ville de Charleroi."

Sur le plan opérationnel, la mue va entrer dans sa concrétisation : les trois inspecteurs généraux seront chargés d’élaborer la stratégie et le management de leur département respectif, cela va se faire progressivement. La Ville a prévu d’en informer le personnel.

En résumé, la réorganisation des services communaux ne comporte qu’une faille : elle est pilotée par une direction générale composée de faisant fonction. Depuis dix ans, les DG ff se succèdent, la ville en est au sixième avec Christophe Ernotte, qui a repris le flambeau d’Olivier Jusniaux de retour au CPAS.

Mais le code de la démocratie locale est formel : lorsque le poste est vacant depuis au moins six mois comme c’est le cas à Charleroi, il faut régulariser. Idem pour le DG adjoint.