Charleroi Il s'était engagé à faire son choix ce week-end.

Ex échevin des travaux PS de Montigny-le -Tilleul, Sébastien Bousman vient d'annoncer sa décision de rejoindre la liste d'ouverture Osons tirée par Frédéric De Bon (CDH). 

En 2012 où il était le candidat de tête du PS, le conseiller PS avait obtenu le deuxième score, quatre voix derrière Florence Demacq. " Pendant toute la mandature, j'ai senti qu'on me poussait vers la sortie", explique-t-il. "J'avais le sentiment d'être traité comme un has been au sein de mon propre groupe." 

Des contacts avaient été noués avec Ecolo et Osons: "si j'ai choisi de me rallier à cette dernière liste, c'est que rien ne m'y est imposé, notamment d'adhérer à un autre parti. Maintenant, je suis conscient que je risque l'exclusion du PS, dont Florence Demacq est coprésidente de fédération à Charleroi. En attendant, je reste socialiste, je conserve ma carte du parti et je continue à siéger loyalement au sein de mon groupe dans la majorité MR-PS. Si je suis prié de partir, j'achèverai la mandature communale avec une étiquette d'indépendant." 

D'autres éléments l'ont amené à remettre en question sa présence sur la liste communale du PS en octobre prochain. D'abord, la position ambigüe des élus de son groupe par rapport à une motion de rejet des visites domiciliaires à Montigny-le-Tilleul, où le MR détient 13 des 21 sièges, une majorité absolue qui a été ouverte au PS. "C'est du bout des lèvres que nous avons soutenu une motion déposée par Ecolo et le CDH pour ne pas appliquer cette disposition, alors que le PS y est farouchement opposé partout ailleurs", dit Sébastien Bousman. Deux: "le mandat d'administrateur que j'avais à l'intercommunale de santé publique du pays de Charleroi (ISPPC) m'a été retiré alors que rien ne l'imposait."

Après avoir songé à arrêter la politique, le conseiller a décidé de mettre son expérience au service d'un nouveau défi en cinq lettres: Osons!