Charleroi Poursuivi pour violences conjugales, Mohamed répond aussi d’une course-poursuite avec la police.

Mohamed était convoqué devant le tribunal correctionnel de Charleroi ce vendredi matin. Il ne s’est pas présenté et risque d’en payer les conséquences. Car ce qu’on lui reproche n’est pas piqué des vers, à savoir une entrave méchante à la circulation et trois scènes de violences conjugales à l’égard de sa compagne Aurore.

Le 3 mars 2016, une patrouille de police a eu l’attention attirée par une voiture portant des copies de plaques. Lorsque les inspecteurs ont tenté de l’intercepter, le conducteur a pris la fuite, n’hésitant pas à appuyer sur le champignon pour échapper à ses poursuivants. "Les policiers ont préféré abandonner la poursuite, tant cela représentait un danger pour les autres usagers, a grondé le substitut Lafosse. Finalement, le prévenu s’est crashé tout seul, emboutissant des voitures et une façade, en évitant de justesse des fillettes qui se trouvaient sur le trottoir."

Mais Mohamed n’est pas qu’un chauffard, c’est aussi un homme violent. En mars 2016, des passants interpellent la police : ils viennent d’être témoins de coups violents portés par un individu à sa compagne.

Quand ils retrouvent Mohamed et Aurore, cette dernière a le flanc maculé de boue, preuve qu’elle a chuté à la suite de cette scène. Alors qu’elle tremble de tout son corps, Mohamed, lui, y va franco : "Elle fait du cinéma. Si je l’avais vraiment frappée, elle ne se serait pas relevée."

Mais les mois suivants , deux autres plaintes ont été déposées par Aurore. En mai, il s’est présenté au magasin Tom & Co où elle travaillait et n’a pas hésité à la gifler en public. "Je ne la toucherai plus", a-t-il alors promis… pour recommencer de plus belle en juin 2016. Cette fois, il n’a pas supporté qu’Aurore fasse du shopping avec un collègue. Il lui a tiré les cheveux avant de lui donner des coups de poing. "Elle m’a manqué de respect. Mais il y a deux façons de frapper : pour calmer et pour faire mal. J’estime être la victime de ses crises", a-t-il osé.

Vu la répétition des faits et la vision du couple interpellante de Mohamed, le parquet a requis deux ans de prison ferme. Le 19 octobre, le prévenu devrait se voir décerner cette peine par défaut, avec une arrestation immédiate à la clé.