Charleroi

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné un jeune Carolo à six ans de prison ferme pour l'incendie volontaire d'une habitation, en 2014 à Gozée (Thuin). 


L'occupante des lieux et sa fille avaient été intoxiquées par les fumées. L'auteur a été confondu parce qu'il s'était exprimé aux côtés d'un adepte de jeux vidéos qui conversait en ligne.

En 2014, un incendie a ravagé une habitation de la cité Verte à Gozée. L'expert dépêché sur place avait rapidement conclu à un acte volontaire dû à des journaux enflammés et placés dans une armoire. 

Alors que l'enquête piétinait, A.D., le voisin des victimes, s'est présenté au commissariat, un mois plus tard, pour dénoncer une habitante de la cité et son fils, J., chez qui il logeait à l'époque. Des vérifications ont permis d'innocenter rapidement J. qui, au moment des faits, était en train de jouer en ligne avec des amis et de converser par Skype. Et justement, l'un de ses copains a clairement entendu A.D. déclarer "qu'il allait mettre le feu chez la voisine et démontrer qu'il était un bon incendiaire. Après avoir demandé des journaux, il avait quitté les lieux pour revenir peu après, affirmant que c'était fait." 

Condamné par défaut à six ans de prison ferme, A.D. a fait opposition au jugement. A l'audience, il a plaidé l'acquittement, expliquant être entré dans la maison avec la mère de J. pour voler des victuailles et avoir quitté les lieux avant elle, sans savoir qu'elle allait provoquer un incendie. 

Sa version, contraire aux éléments du dossier, n'a pas été retenue par le tribunal qui a confirmé la peine de six ans de prison ferme.