Charleroi L’échec contraint le président de la fédération humaniste à changer de stratégie. Un nouveau calendrier vient d’être défini.


Qui succédera à Véronique Salvi à la tête de la liste régionale du CDH en 2019 ? La question qui devait être tranchée ce mois-ci ne le sera qu’après les élections d’octobre.

En janvier lors d’une cérémonie de vœux commune aux ex-arrondissements de Charleroi et Thuin, le président de la fédé humaniste de Charleroi Philippe Charlier avait appelé les mandataires à faire acte de candidature, non pas individuellement mais en ticket, c’est-à-dire associés à un partenaire du sexe opposé et de l’autre arrondissement.

Résultat : "Nous n’avons reçu aucune proposition en retour", déplore-t-il.

L’échec le contraint à changer de stratégie. Un nouveau calendrier vient d’être défini. La question sera tranchée après le 14 octobre. En septembre dernier, la députée CDH de Charleroi avait annoncé son intention d’écourter sa carrière politique. Si elle entend aller au bout de ses deux mandats, à la commune d’une part et au parlement wallon de l’autre, Véronique Salvi ne figurera plus sur aucune liste.

Or, il faudra une tête de liste pour les régionales. Afin de la choisir, Philippe Charlier préconise d’en revenir à la procédure traditionnelle. Autrement dit, appeler les candidats à se faire connaître individuellement, et laisser le comité d’arrondissement opérer une présélection à soumettre à l’approbation des militants. "Cela se ferait avant la fin de l’année, en novembre ou décembre." Le CDH disposera alors des résultats du scrutin du 14 octobre pour évaluer le potentiel de ses mandataires.

Promoteurs de la liste d’ouverture C + à Charleroi, les échevins Eric Goffart et Mohamed Fekrioui n’ont pas donné suite au premier appel aux candidats. Ils seront plus enclins à le faire après les communales, qui constituent leur premier objectif électoral - une chose à la fois.

Et la formation des futures majorités simplifiera aussi les choses. Pour la constitution de la liste régionale, le président de fédération de Charleroi indique que le principe de double parité sera maintenu, avec en alternance des candidats masculins et/ou féminins, chaque fois issus d’un des deux ex-arrondissements.