Charleroi Fabrice Maze réalise un documentaire sur l’un des maîtres du surréalisme.


Les habitants des alentours de Châtelet ont été surpris de voir ces derniers jours une Citroën Traction avec un bilboquet géant sur le toit parcourir les rues d’ordinaire tranquilles de la ville.

Il ne s’agit pas d’une opération publicitaire mais du véhicule privé de Fabrice Maze. Ce réalisateur français de renom est actuellement en plein tournage d’un grand documentaire sur Magritte, l’une des figures les plus célèbres du surréalisme belge et mondialement connu.

"Je suis en train de réaliser un documentaire de deux heures sur cette grande figure de la peinture. Je m’immerge dans son enfance pour le comprendre, et par là son œuvre. Sur ma voiture, je n’ai d’ailleurs pas placé un chapeau ou une pomme mais un de ses objets fétiches : le bilboquet."

Pour être au plus proche , le réalisateur a voulu sentir l’atmosphère dans laquelle l’artiste a grandi et aussi perdu sa mère : "Je ne me voyais pas éviter sa période châtelettaine même si Magritte était très discret sur son enfance."

Sur sa méthode de travail, le cinéaste se veut être très pointu et rester au plus près de l’artiste : "Je souhaite me mettre dans les pas de l’artiste et respecter sa mémoire et pas offrir mon interprétation. Je désire participer modestement à la création d’un documentaire intemporel afin que dans 10, 15 ou 20 ans il transmette toujours le même message et la même vision d’un peintre qui a révolutionné l’art et offert un nouveau courant de pensée. Je dois respecter le personnage. Par exemple, je ne mettrai pas de musique de jazz dans le documentaire parce que Magritte n’aimait pas le jazz. Je travaille avec une assistante rigoureuse qui veille à tout cela."

Fabrice Maze et son équipe réduite veulent rester discrets dans leur travail car ils ne veulent pas perturber le quotidien des personnes chez qui ils tournent. La maison de Magritte est un endroit connu dans l’entité mais l’habitation que la famille occupait précédemment et qui se situe dans la même rue l’est beaucoup moins.

Le réalisateur a aussi son avis sur Châtelet : "Je suis étonné qu’il n’y ait pas plus de choses sur Magritte dans la ville. C’est une ville qui ne met pas assez en avant les nombreux artistes qui y ont vécu. C’est dommage qu’il n’y ait pas plus de plaques d’explication pour faire venir le public. Avec un personnage comme Magritte, la ville devrait offrir plus de loisirs et de culture."

Pour la suite de son travail, Fabrice Maze se rendra à Bruxelles.