Charleroi Le jeune athlète de Rosseignies (Pont-à-Celles) est prêt à en découdre.


Après ses débuts à l’ultimate frisbee en 2014, à 13 ans, et quasiment quatre entraînements par semaine, Théo Moskwiak a été sélectionné pour représenter la Belgique à la Coupe du Monde U20 (moins de 20 ans) qui se jouera au Canada dans la ville de Waterloo, à côté de Toronto, du 19 au 25 août. Le jeune Pont-à-Cellois de 17 ans partira début août avec ses parents pour ce qui pourrait bien être le voyage d’une vie.

La Belgique a une chance ?

"On se défend pas mal. Il y a deux ans, on était arrivés 9e sur les 30 équipes représentées. Ici, vu que ce n’est pas en Europe, toutes les équipes ne font pas le déplacement, on ne sera que 18 nations. Parce que même si la fédération intervient un peu dans les frais, le plus gros revient tout de même aux joueurs et à leur famille. C’est pour ça qu’on part plus tôt, pour profiter un peu du voyage avant la compétition, tant qu’à faire. Les États-Unis restent très forts, mais c’est beaucoup plus développé là-bas, ils ont même certains joueurs professionnels. Ici pas du tout, mais j’aime bien, l’ambiance est top."

Comment ça se joue ?

"L’ultimate frisbee, c’est un sport qui se joue à 7 contre 7 sur un terrain de football, les mêmes 100 m de longueur, mais un peu plus étroit. On doit se lancer le disque, et celui qui l’a ne peut pas marcher, il doit faire une passe. De chaque côté du terrain, il y a une zone de 18 m : le but c’est qu’un coéquipier dans cette zone arrive à rattraper le frisbee et à le sécuriser sans le faire tomber. Parce que si le disque touche le sol, le point est perdu. Ensuite, si un point est marqué ou si le disque tombe, les équipes échangent de côté : ça permet de ne pas favoriser une équipe selon la pente du terrain, le vent, le soleil, etc."

© D.R.

Toi, tu fais quoi ?

"Je joue tactique, près de notre zone de défense. Je suis très bon pour les longues passes au ras du sol. Je joue à Flawinnes du côté de Namur, mais je vais souvent à Braine, Uccle et Nivelles pour avoir plus d’entraînements chaque semaine. C’est un peu une grande famille, l’ultimate frisbee : déjà, tout le monde se connaît, et une fois qu’on est affilié à un club, on peut aller jouer quasiment partout."

Et en plus du sport, qu’est-ce que tu fais ?

"Je vais entrer en rhéto si je passe Anglais et Néerlandais. Aller au Canada, avec mes coéquipiers qui sont surtout bruxellois et flamands, ça ne fera pas de mal. Je suis aussi passionné d’histoire contemporaine, surtout les guerres et les batailles. J’aime beaucoup la mécanique aussi, j’ai bricolé plusieurs motos que j’ai revendues, et j’en ai bien sûr une. Vivement que j’aie mon permis pour que mes parents ne soient plus obligés de courir partout pour me conduire à mes entraînements, mes matches et mes compétitions. Même s’ils aiment ça… puisque maintenant, ils ont eux aussi commencé à jouer, comme ma sœur d’ailleurs !"