Charleroi Des rénovations ont été programmées durant les congés scolaires.

Rénovation de toitures, remplacement de menuiseries extérieures, travaux d’isolation, chauffage et sanitaires, remise en peinture : "sous cette majorité communale, toutes les infrastructures scolaires sans exception ont bénéficié d’au moins une intervention", se félicite l’échevin des Bâtiments Eric Goffart (CDH).

Cela va de la reconstruction complète jusqu’à la réparation urgente, en passant par les chantiers de rafraîchissement. Traditionnellement dédié à la maintenance du patrimoine immobilier, l’été 2018 s’annonce plus laborieux encore que les précédents. "Non pas en raison de l’approche des élections, mais parce que nous avons attribué un marché stock à hauteur de 600.000 euros pour les rénovations intérieures" note Goffart. "Le secteur privé vient ainsi soulager nos équipes."

Dans ce cadre , une série de chantiers ont été programmés, aux écoles hôtelière et industrielle de Marcinelle, à l’école du Nord à Charleroi et à celle du Ruau à Monceau où des locaux sont remis à neuf. Dans la foulée, il est prévu d’intervenir à l’école de Bosquetville et de rénover la salle de gym de l’implantation de Bon-Air à Lodelinsart. Les marchés stock ont permis à la Ville d’améliorer sa réactivité par rapport aux besoins. "Nous intervenons plus vite là où c’est nécessaire, cela se fait en accord avec ma collègue Julie Patte. C’est l’un des trois piliers de notre plan Bâtiments. Les deux autres sont, d’une part, les gros dossiers d’infrastructures (constructions, reconstructions, rénovations lourdes) comme pour les Cerisiers ou l’école de l’Ouest, de l’autre les interventions urgentes réalisées par nos équipes (remplacement d’un vitrage, réparation de plomberie ou de maçonnerie…)."

Deux projets de reconstruction sont à l’étude : l’école de la Vieille Place à Montignies-sur-Sambre et l’école Jacquin à Marchienne, ce devrait être pour 2019. "Nous avons également approuvé les modes et conditions du marché de remise en conformité de la salle de sport de l’école du Roctiau à Montignies-sur-Sambre, pour un montant de 221.000 euros." Goffart le souligne : "le taux d’exécution des investissements a grimpé en flèche, nous sommes à près de 70 %."