Charleroi

Nathan (7 mois) pleurait sous la douche, sa mère était ailleurs.

En 2015, un centre pour femmes battues avait alerté les secours : Nathan, un bébé de 7 mois dont la mère était accueillie dans ce home, portait des traces suspectes, et tous les signes d’une malnutrition, en plus des symptômes d’une pneumonie. A l’époque, elle vivait le week-end avec le bébé chez des amis, Maxime et Alexandra. L’enquête ouverte alors avait révélé qu’Audrey, quand elle était là, passait le plus clair de son temps à s’amuser avec sa Playstation, et que Maxime se chargeait de Nathan, mais à sa manière, en lui donnant des douches tièdes, pour calmer ses pleurs ou tenter de faire tomber sa fièvre. Mais il s’occupait aussi, avec soin, de ses propres enfants, avait-il expliqué, en larmes à l’audience. Alexandra avait reconnu qu’elle avait vu le bébé seul sous la douche, et qu’elle avait alerté la mère et Maxime, mais sans plus.

Audrey et Maxime étaient poursuivis pour traitements inhumains et dégradants, tandis qu’on reprochait à Alexandra des faits de non-assistance à personne en danger. Audrey n’a jamais estimé utile de se présenter aux audiences.

Le tribunal a estimé que, s’il y avait eu des faits de négligence, on ne pouvait retenir les traitements inhumains et dégradants, la volonté de faire souffrir le bébé n’ayant pas été relevée. Les faits ont donc été requalifiés en délaissement de mineur, en ce qui concerne Audrey et Maxime. La mère, fustigée pour sa totale indifférence, a été condamnée à 18 mois de prison, Maxime à une peine de travail de 140 heures, mais sur laquelle plane une peine de prison, en cas de non-exécution. Quant à Alexandra, elle bénéficie de la suspension simple du prononcée de la condamnation.