Charleroi

Le parquet a requis 7 ans de prison ferme pour ces 11 coups de couteau.

Il est 00h30, le 30 août 2017, lorsque Jacques appelle la police. “Venez à Forchies-la-Marche. On vient de se battre au couteau avec mes voisins”, signale-t-il. À leur arrivée, les inspecteurs découvrent Antonio et Sergio dans une mare de sang. Jacques, lui, est rentré chez lui, un étage plus haut, et ouvre aux forces de l’ordre.

Il explique que, ce soir-là, il est rentré épuisé du boulot et que les deux frangins, qui célébraient l’anniversaire d’Antonio, l’ont réveillé en sursaut. “Si ça emmerde quelqu’un, qu’il aille se faire foutre”, aurait lancé l’un d’eux. Jacques l’a pris pour lui et, alors que les deux frères s’apprêtent à s’en jeter un dernier, il a empoigné un couteau, l’a caché dans son dos et est sorti de sa caverne pour descendre d’un étage. “J’étais mort de fatigue et j’ai eu la pire des réactions”, s’excuse-t-il devant le tribunal correctionnel de Charleroi où il comparaît pour tentative de meurtre. “Je savais qu’Antonio avait un couteau. Je pensais qu’en montrant le mien, ça mettrait fin à la scène. Sergio s’est avancé et j’ai cru qu’il allait me frapper alors je lui ai donné un coup-de-poing. Antonio s’est jeté sur moi et on a basculé tous les trois dans son studio. Son couteau est tombé d’une table. Avant qu’il ne puisse s’en servir, j’ai frappé avec le mien.”

Sergio est touché à 5 reprises, au thorax et dans la région cervicale. Antonio prend six coups, au bras et dans le flanc. Les séquelles sont importantes, voire permanentes pour le premier. Jacques, lui, a saisi les deux lames et est rentré chez lui pour appeler la police.

Pour Me Gras , le tapage n’est pas la cause réelle de cette scène. “Il s’agit de jalousie amicale et virile. Antonio et le prévenu étaient amis de longue date. Ils se voyaient quotidiennement, mangeaient ensemble, prenaient un café. Et puis Sergio a emménagé dans l’immeuble. La relation s’est refroidie. C’est d’ailleurs lui, le trublion, qui a été poignardé en premier, dès que Jacques a mis le pied dans le couloir. Mes clients n’ont jamais représenté un danger. Ils fêtaient simplement un annif, étaient éméchés et, franchement, ce sont deux crevettes à côté du prévenu.”

Comme pour le parquet, qui requiert 7 ans de prison, l’intention homicide est bien établie, vu la localisation et le nombre de coups de couteau. Ce n’est toutefois pas l’avis de Me Balsarini, conseil du sexagénaire qui sollicité une disqualification en coups et blessures. “C’est dans la mêlée au sol qu’il a frappé, aléatoirement et sans toucher d’organe vital. Et il s’est arrêté de son propre chef”, s’est justifié l’avocat qui a plaidé le sursis probatoire.

Jacques, en pleurs, la bedaine posée sur la barre, s’est excusé une fois de plus, se demandant encore comment il en est arrivé à causer un tel gâchis…