Charleroi

A deux reprises, Ibrahim a dévasté l’appartement de la victime.


Ibrahim est un grand nerveux. Titillé par le juge et le parquet sur les préventions dont il devait répondre devant le tribunal correctionnel, il est bien vite sorti de ses gonds, faisant étalage de son impulsivité. A plusieurs reprises, c’est Anissa, sa petite amie et mère de leur enfant commun, qui en a subi les frais, surtout quand elle a décidé de rompre et de se réfugier chez ses parents…qui vivent dans l’appartement voisin, à Montignies-sur-Sambre. De quoi mettre de l’ambiance dans l’immeuble…

A deux reprises au début de l’année 2018, Ibrahim s’est introduit chez Anissa pour tout casser. Au grand dam du propriétaire qui s’est constitué partie civile mais qui, malheureusement, ne recevra sans doute jamais un euro, vu l’insolvabilité du jeune homme. « Il y a eu des menaces et du harcèlement », gronde le substitut Vervaeren. « Mais il y a surtout cette scène de violence à l’égard d’Anissa à qui il a fracturé le nez en lui donnant un coup de pied en pleine face. A chaque fois qu’il se présentait dans l’immeuble, il hurlait et donnait des coups dans les portes. Le propriétaire est même intervenu pour l’empêcher de jeter des pavés dans les fenêtres. Et quand la police est intervenue, il a outragé les inspecteurs. Après cinq mois de détention préventive, je ne vois toujours pas d’amendement dans le chef du prévenu. Qui plus est, il avait déjà écopé de 150 heures de peine de travail pour des coups sur cette même jeune femme. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’il recommence. Cette fois, je requiers 40 mois de prison ferme ».

Me Isabelle Vander Eyden, conseil d’Ibrahim, concède que son client perd souvent le contrôle. « Il a besoin d’aide même s’il ne s’en rend pas compte. Il doit apprendre à gérer la violence qu’il a en lui via une formation et ne plus entrer en contact avec sa compagne ». Du bout des lèvres, l’avocate a plaidé la suspension probatoire pour son client qui n’a ni diplôme, ni travail. Ces dernières années, Ibrahim a effectivement traîné avec la « bande des TEC » plutôt que d’assurer son avenir… Avenir qui passera tout d’abord par la sanction que lui infligera le tribunal le 7 août.