Charleroi

Placé sous mandat d’arrêt, il a profité de son transfèrement pour se faire la belle.


C’était une belle prise réalisée par les forces de l’ordre : mardi, trois dealers d’héroïne ont été interceptés et présentés au juge d’instruction. Pas vraiment des caïds, mais le genre de trafiquants qui empoisonnent les rues de la région et génèrent une criminalité secondaire via des toxicomanes prêts à tout pour s’offrir un pacson. Une centaine de grammes de produits stupéfiants a d’ailleurs été saisie et, vu les éléments en possession des enquêteurs, les trois suspects ont été placés sous mandat d’arrêt, mardi en soirée.

Il était toutefois trop tard pour ramener l’un d’eux à la prison de Namur. La décision a donc été prise de le placer jusqu’au lendemain matin dans l’une des cellules de la tour de police carolorégienne. Mais sur les 300 mètres qui séparent le palais de Justice du commissariat, l’un des dealers est parvenu à s’enfuir, échappant à la vigilance du corps de garde pour s’enfuir par la fenêtre du fourgon. Menottes aux poings, il a disparu dans la nature et n’a toujours pas été repris, à l’heure d’écrire ces lignes.

Ce vendredi, ses deux complices ont comparu devant la chambre du conseil de Charleroi qui a confirmé leurs mandats d’arrêt, ainsi que celui du fugitif