Charleroi La volonté de la Ville est de mettre en œuvre le projet au plus vite.


Les événements tragiques de Liège confirment l’impérieuse nécessité de mieux protéger les policiers. À Charleroi, c’est la veille de l’attentat que le conseil communal a voté en urgence un point visant à équiper la tour de police d’un nouveau sas ultra-sécurisé.

À l’été 2016, deux policières avaient été sauvagement attaquées à coup de machette par un illégal se réclamant de l’État Islamique. Des coups leur avaient été portés au corps et au visage avant que l’auteur soit abattu. À l’époque, les fouilles des visiteurs étaient encore organisées à l’extérieur du bâtiment, sur l’esplanade principale.

À l’unanimité , les élus ont approuvé le cahier des charges du marché public de travaux. Il porte sur le réaménagement du hall d’entrée et la création d’un poste de contrôle moderne, pour protéger les agents de première ligne.

La décision d’effectuer cet investissement avait été prise au lendemain de l’attentat terroriste de la tour de police. Il ne s’agit plus cette fois de transformer la brasserie de Charleroi Danse en lieu de pré-accueil, mais de construire un sas sécurisé dans la tour même. Le financement sera réparti à la fois sur le budget extraordinaire de cette année et les budgets ordinaires 2018 à 2022.

Ce dispositif bénéficiera des dernières évolutions technologiques en matière de détection d’armes et d’explosifs.

Comme l’indique le porte-parole de la police David Quinaux, "il disposera aussi d’un scanner à bagage avec tapis roulant permettant de déposer les sacs à dos et effets personnels, de caméras intelligentes et de vitres pare-balles. Ce sera en quelque sorte une construction modulaire intégrée à l’infrastructure existante."

L’annulation par la tutelle d’un précédent marché a retardé l’exécution. Si le dossier ne connaît plus de couac, l’outil pourrait être opérationnel pour la fin de l’année. Le chantier ne devrait pas trop perturber les accès, la tour disposant de plusieurs portes d’accès au hall d’entrée principal.