Charleroi Le projet de nouveau quartier à Rèves au cœur d’un affrontement électoral.


Après la guerre des slogans et des candidats, c’est celle des panneaux que se livrent le groupe MR-IC du bourgmestre des Bons Villers Emmanuel Wart, actuellement en majorité avec Ensemble proche du PS, et la liste Citoyens bonvillersois de Mathieu Perin, apparenté CDH.

Un projet immobilier s’est invité depuis deux semaines dans la campagne : celui de nouveau quartier à Rêves, porté par l’entreprise Lixon. Comme l’autorise le nouveau Code wallon de développement territorial, le CODT, l’entreprise a déposé un avant-projet de schéma d’orientation local dont le conseil communal a accueilli favorablement le principe avant de marquer son accord en septembre à la poursuite de la procédure.

Selon Mathieu Perin, l’opération de promotion telle qu’elle est présentée est incompatible avec le caractère rural du village : "La construction de 141 logements et d’une structure d’accueil pour seniors d’une capacité de 100 places reviendrait à augmenter en une fois de 30 % la population de Rêves", observe-t-il. "Sur base d’une moyenne de 2,6 habitants par logement, ce projet amènerait 500 nouveaux citoyens en plus des 1.600 recensés aujourd’hui. Et je ne parle pas de l’augmentation du trafic aux heures de pointe du fait de la présence d’une nouvelle école de 250 enfants."

Avant toute chose, la tête de liste Citoyens bonvillersois estime qu’il faut ouvrir une concertation avec la population du village. Ce que se promet à faire Emmanuel Wart en amont des consultations prévues dans le cadre de la procédure légale. "Une procédure à ses prémisses", selon Lixon. "À ce stade, rien n’est avalisé", dit le bourgmestre. "Le schéma d’orientation n’a qu’une valeur indicative."

Si Mathieu Perin avance que c’est "trop tôt trop vite", le mayeur rétorque qu’aucune décision ne sera prise contre la volonté des citoyens. Et de rappeler que leur avis est entré en ligne de compte dans le passé, que ce soit pour le projet d’extension de l’aéropôle à Wayaux en 2004 ou celui de Villers-Perwin plus récemment. Par panneaux interposés, les deux groupes s’affrontent avant l’ultime bataille des urnes : la parole sera ce dimanche aux seuls citoyens.

© D.R.