Liège Une milice privée avait été engagée pour vider l’entreprise lors d’un conflit social

Le tribunal correctionnel d’Eupen a rendu lundi un jugement dans le cadre de la milice privée qui était intervenue le 26 février 2012 chez Meister, à Sprimont. La majorité des prévenus étant des ressortissants allemands, le dossier avait été renvoyé vers le tribunal d’Eupen afin que l’affaire soit traitée en allemand. Dans son jugement, le tribunal estime que seule une partie des préventions est établie à charge des cadres de Poppe and Potthoff, maison-mère de Meister, et des dirigeants et agents de sécurité de deux entreprises allemandes de gardiennage.

Le 26 février 2012, des cadres de la société Poppe and Potthoff accompagnés d’agents de sécurité s’étaient rendus sur le site de Meister à Sprimont. Ils avaient pour objectif de sortir de l’entreprise des pièces qui devaient être livrées et une machine. La situation a dégénéré et les syndicats et les travailleurs se sont mobilisés pour empêcher cela.

Dans ce cadre, le tribunal a estimé qu’ils étaient coupables de tentative de vol avec violence ou menaces pour ce qui concerne la machine. Ils sont acquittés des autres préventions relatives à la tentative de vol. Ils ont aussi été reconnus coupables de détention arbitraire à l’encontre de deux travailleurs.

Il leur était aussi reproché de ne pas correctement avoir informé le conseil d’administration de l’entreprise. Deux des 11 prévenus et les deux entreprises de gardiennage ont été acquittés. Pour les préventions établies, les prévenus bénéficient tous d’une suspension du prononcé pour une durée de trois ans.

De son côté, l’entreprise Poppe and Potthoff est condamnée à payer une amende de 120.000 euros.