Liège

La Vinalmontoise a bouclé son Ironman au Texas en total relâchement et a battu son propre record de l’épreuve

Elle avait un sourire radieux en évoquant sa dernière course. Annabelle Pirotte a fini son Ironman texan en 9 h 36, établissant du même coup un nouveau record sur l'Ironman pour elle. Sa recette ? Courir de plaisir !

"C’est la première fois que je n’ai pas de regrets après une épreuve", confie la Liégeoise affiliée au TriGT. "Je suis partie au Texas dans un état d’esprit tout différent : me concentrer sur ma course, sans m’occuper des autres, sans chercher des informations de chrono, de place. Ma course pour moi, sans pression, en travaillant le ressenti, les sensations. J’ai nagé comme jamais, en 55 minutes pour les 3.800 mètres. C’est mon meilleur temps. À vélo, j’ai travaillé ma position et là encore, j’ai cartonné avec un temps de 4 h 48. J’ai roulé seule sans me préoccuper des autres et ça m’a réussi. Pour la course à pied, qui demeure mon point faible, je visais les 3 h 45 et, cerise sur le gâteau, je finis avec une petite minute de mieux. Inespéré !"

Une troisième expérience à Hawaï

Grâce à cette performance fixée à 9 h 36 (35 minutes de mieux que son précédent record établi à Barcelone en 2014), cette infirmière en pédiatrie au CHR de Verviers décroche son billet pour Hawaï, en octobre.

"Au départ, dans les Woodlands du Texas, je ne pensais pas à Hawaï car je suis convaincue que je me serais tracassée et j’aurais perdu mes moyens. Le mental est hyper important en triathlon et j’ai géré cet aspect comme jamais. Je suis une perfectionniste et c’est assez rare quand je suis totalement satisfaite de ce que je fais, dans la vie comme dans le sport. Ici, sans me vanter, je pense avoir réalisé la course parfaite. En octobre, ce sera ma troisième participation à Hawaï. J’ai déjà 9 Ironman à mon actif mais la magie d’Hawaï est incroyable. Mon objectif ? Faire mieux que les années précédentes. À ma première participation, j’avais mis 11 h 21 et 10 h 53 à la deuxième. Je vise mieux que les 10 h 53, tout simplement. Pour me préparer, je peux compter sur l’aide de mon entraîneur, Nicolas D’Harveng et de mon club, le TRIGT de Tournai."