Liège Ils avaient été interpellés derrière l’opéra au centre de Liège

Les deux individus qui avaient été interpellés lors d’un contrôle de véhicule le 8 juin dernier au centre de Liège en possession d’une quantité importante d’armes de guerre ont comparu lundi devant le tribunal correctionnel de Liège. Pour ces faits qualifiés par le parquet de vol et détention d’armes prohibées, le parquet a requis des suspensions du prononcé et des peines d’amendes contre les deux prévenus.

Les deux prévenus, deux étudiants de l’école d’armurerie de Liège, avaient été interpellés lors d’un contrôle de routine à Liège le 8 juin dernier en début de soirée. La police avait voulu contrôler le sac qu’ils transportaient sur la banquette arrière de leur véhicule et avait découvert un stock d’armes de guerre démilitarisées. Le quartier de l’opéra avait été bouclé après cette découverte inquiétante.

Les deux étudiants âgés de 20 et 24 ans avaient pris possession de ces armes dans un bâtiment qui semblait abandonné et appartenant à un ferrailleur. Ils détenaient un obus, quatre chargeurs, six lance-roquettes et trois grenades fumigènes. Les armes n’étaient plus en état de fonctionner. Les prévenus souhaitaient les utiliser dans une collection ou pour de la décoration.

Une visite domiciliaire avait été effectuée dans le kot d’un de ces jeunes, où une carabine, trois mitraillettes, des chargeurs et un canon avaient encore été découverts. Ces dernières armes auraient appartenu à une autre personne. Le parquet a sollicité des suspensions du prononcé pour sanctionner les faits de vol d’armes chez le ferrailleur et des amendes pour les faits de détention d’armes prohibées.

Les deux prévenus ne présentent pas d’antécédents et, depuis la réussite de leurs études, ont trouvé de l’emploi dans le secteur des armes. Leur avocat, Me Masset, a contesté la prévention de vol ainsi que les faits de détention d’armes prohibées. L’avocat a souligné que ces armes n’étaient plus utilisables. Subsidiairement, il a sollicité la suspension du prononcé. Le jugement sera prononcé le 13 juillet.