Liège

Le tribunal n’a pas cru aux dénégations des prévenus qui niaient l’évidence

Le tribunal correctionnel de Liège a condamné Edi et Renato à 10 mois de prison avec sursis pour la moitié pour avoir commis un vol avec effraction, entre-autres de vélos. 

 Les faits sont d’une banalité affligeante, mais les trésors d’imagination déployés par les suspects le sont beaucoup moins. Ainsi, si on a arrêté Edi et Renato, deux albanais sur des vélos volés quelques minutes plus tôt dans la même maison dans le petit village de Xhendremael, commune d’environ 1.600 âmes, ce n’est pas pas parce qu’ils y sont allés ensemble, qu’ils se connaissent et encore mois qu’ils les ont volés ! 

 Lors de leur comparution devant le tribunal, les deux suspects ont prétendu ne pas se connaître, mais aussi ne pas avoir volé les vélos en question. 

 Mais Renato, qui niait d’abord les faits, a été très certainement bien conseillé. En effet, il a fini par admettre qu’il était bien rentré dans cette maison pour voler de l’argent lorsque l’alarme s’est déclenchée. Il faut dire qu’il avait également en sa possession des bijoux volés dans la maison lorsqu’il a été arrêté. « Je devais retourner en France où j’ai un titre de séjour, mais je n’avais pas d’argent », a déclaré le prévenu lors de la première audience. 

Mais Edi, a continuer à nier l’évidence. « C’est un dealer qui m’a donné rendez-vous sur place et qui m’a donné le vélo. » Le suspect ne sait sans doute pas que les peines infligées pour le recel d’objet volé sont souvent de même nature que celles infligées pour vol… Le tribunal a toutefois retenu le vol dans le chef des deux prévenus.