Liège Le groupe libéral a tranché ; René Henry devient échevin

Le choix fut compliqué mais l'issue des négociations est bien celle que d'aucuns pressentaient ces dernières semaines à Aywaille : la majorité pour ces six prochaines années sera composée du groupe libéral mais également du groupe Progrès, à tendance socialiste. C'est historique !

Nous l'évoquions ce jeudi en effet, le groupe Ensemble mené par Thierry Carpentier et poussé par Philippe Dodrimont avait réussi a conserver sa majorité absolue... non sans perdre des plumes toutefois. En 2012, les libéraux avaient obtenu 13 sièges sur 21 tandis qu'en 2018, ils ont obtenu 12 sièges sur 23. Majorité donc mais un peu courte. Fallait-il ouvrir ? C'est la question que s'est d'abord posé le groupe Ensemble et, ce lundi, l'ouverture fut finalement validée. Non pas avec Aywaille Demain (6 sièges et composé d'élus CDH) mais bien avec Progrès (2 sièges) ou Ecolo (3 sièges). Pour des raisons de convergences explique-t-on officiellement. Une dernière rencontre fut organisée ce mercredi, avec Progrès et Ecolo mais c'est finalement le groupe à tendance socialiste de Frédéric Sevrin qui a convaincu.

N'ayons pas peur des mots, pour Aywaille, c'est historique. Depuis 1988 en effet, la commune était dirigée par une coalition MR-CDH, avant que celle-ci n'implose en 2012, une sévère mésentente étant apparue à propos du dossier "Maya". En 2012, les jeux étaient donc ouverts et c'est le groupe libéral du très populaire Philippe Dodrimont qui avait tout raflé. En 2018, les cartes furent rebattues et si les libéraux ont perdu des plumes, ils ont gardé la main. Et les socialistes d'enfin monter au pouvoir à Aywaille.

Pour René Henry, meilleur score de la liste d'ouverture Progrès, qui devient logiquement échevin, c'est en quelque sorte la récompense d'un travail d'opposition constructive réalisé au conseil durant... 30 ans ! Il aura notamment à sa charge la Culture, le Patrimoine historique et la Participation citoyenne.

Au MR, à côté du bourgmestre Thierry Carpentier, les échevins seront Laurence Culot (Urbanisme, Logement), Dominique Simon (Travaux, Propreté publique), Danielle Cornet (Enseignement, Emploi), Jérôme Bieuvlet (CPAS, Finances) et Christian Gilbert (Mobilité, Commerce, Sport). Après deux années, ce dernier devrait s'effacer au profit de Julie Benoît qui a réalisé le 5e score de la liste.

Dans un communiqué commun, les groupes Ensemble et Progrès évoquent un accord "rendu possible après l'acceptation préalable par les deux groupes des engagements suivants : la volonté partagée de maintenir une gestion saine des finances communales, de conserver une attention soutenue à la maîtrise de la dette tout en assurant un même effort budgétaire dédié à l'entretien des voiries et du patrimoine communal. En outre, les deux parties s'engagent à renoncer à tout licenciement économique de membres du personnel communal et du CPAS ou au sein de structures infra-communales ou à la privatisation de services existants, en tout ou en partie, et ce, durant les six ans à venir. Au niveau de l’aménagement du centre d’Aywaille, les deux partis s'engagent à étudier la possibilité de la mise à double sens de la totalité de la place Thiry afin de désengorger au maximum les rue de l’Enseignement et du Rivage". A la lumière des études et des nouveaux comptages, ils s'engagent aussi à "retenir la solution de mobilité la plus adéquate".