Liège Cette neuvième édition de l’événement met à l’honneur le fort de Barchon

Pour la neuvième année consécutive, le commandement militaire de la Province de Liège organise, ce jeudi et ce vendredi, la Marche des Forts. Après avoir mis à l’honneur le fort d’Eben-Emael l’année dernière, c’est autour du fort de Barchon d’être au centre de l’événement pour ce millésime.

Deux parcours étaient proposés, l’un de 18 km et l’autre de 32 km, dans la région de Blégny, à l’intérieur et autour du fort de Barchon et de ses casemates environnantes.

Jeudi, c’est près de 1.000 personnes qui ont participé à la marche. Principalement des militaires, mais également beaucoup de civils. Pompiers, policiers, membres de la protection civile, représentants provinciaux ou simples citoyens se sont promenés dans les alentours du fort.

53 élèves de l’école communale de Blegny et de Housse étaient également présents jeudi. Ils ont emprunté un tronçon du parcours, ont découvert le fort et ont pris part à une cérémonie commémorative devant le monument aux morts érigé en l’honneur des soldats tombés pour défendre le fort.

En août 1914, le fort de Barchon était un des premiers de la ceinture liégeoise à se trouver sur la route des Allemands, et il a dû finalement se rendre le 8 août 1914. Assiégés dès les premiers jours de la guerre, les soldats belges ont héroïquement combattu dans le fort et dans ses alentours.

Pour le lieutenant-colonel Jean-Paul Hames, en charge du commandement militaire de la province de Liège, "la Marche des Forts est donc l’occasion de rendre hommage aux soldats tombés lors des deux guerres, mais également de favoriser les liens entre l’armée et la nation. C’est véritablement notre activité annuelle phare, et en présence de civils. Cela permet aussi de faire connaître le riche patrimoine militaire de notre région".

Une recette, qui, en tout cas, plaît de plus en plus. L’événement connaît en effet un succès croissant : il y avait 900 participants en 2017, et, cette année, on s’achemine vers 1.400 marcheurs sur les deux jours.