Liège Le projet initié par l’ASBL DoMiSiLaDoRé se concrétise

"N’attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive… Et tu seras heureux ! " C’est cette citation attribuée au philosophe grec Epictète qui ponctue l’invitation lancée récemment par l’ASBL DoMiSiLaDoRé, laquelle a été fondée en 2009 par un collectif de parents d’enfants dits différents. Ainsi que nous l’explique sa présidente Liliane Hardenne-Bossy, contactée par nos soins, il s’agissait alors pour ces derniers, dont les enfants déficients mentaux sont accueillis au centre de jour Les Bleuets situé à Amay, de penser à l’après et d’anticiper le jour où ils ne seront plus là. C’est suite au décès de son mari que la présidente de l’ASBL s’est inquiétée de l’avenir, pensant à sa fille handicapée Sandra.

Projet collectif , DoMiSiLaDoRé a donc été initié par un collectif de parents de la région hutoise et il a pour objectif avoué de construire une maison-foyer. Cette dernière ayant vocation, comme précisé par notre interlocutrice, à être un complément à l’accueil en centre de jour. " Il s’agirait en quelque sorte d’une résidence de nuit où nos enfants différents seraient chez eux ", souligne-t-elle ainsi. Et de rappeler les deux buts poursuivis par ce projet original à plus d’un titre, à savoir notamment continuer la prise en charge et l’accompagnement qu’offre un centre d’accueil de jour à ces jeunes adultes handicapés. Mais Liliane Hardenne-Bossy insiste également sur le fait qu’il s’agit aussi, au-delà du simple hébergement, d’un projet voulu pédagogique et inscrit dans une dynamique d’inclusion sociale.

Si le projet d’une maison-foyer date de l’origine de l’ASBL, il a fallu plusieurs années avant de le voir se concrétiser, l’ASBL s’entourant pour ce faire de compétences diverses et devant se contenter de soutiens privés. Ainsi donc, ces derniers mois ont été très riches puisque, après avoir obtenu le permis d’urbanisme pour la construction du bâtiment en question, qui prendra place rue Émile Vandervelde au cœur de la commune de Marchin, un point a été fait sur la récolte de fonds. Laquelle avait été lancée il y a huit ans et aura permis de récolter au total 340.000 euros et ce, tant via les activités organisées par l’ASBL que via les dons des services-clubs et des autres partenaires de ce projet novateur.