Liège La commune va-t-elle rater sa cible ?

Au gré des budgets et de leurs modifications, divers projets apparaissent ou disparaissent de l’extraordinaire blegnytois.

En décembre dernier, Serge Ernst, chef de groupe d’ICDH, s’était enquis de la situation du stand de tir à la caserne de Saive. Un stand qui, lors du rachat du site militaire par la commune, semblait intéresser la Fédération belge de tir. Mais depuis, cette dernière s’est retirée des discussions. Et on le comprend mieux lorsque l’on sait que l’on parle d’un investissement de 2 millions d’euros.

En décembre déjà, le bourgmestre Marc Bolland annonçait la couleur. "C’est en négociation, en discussion et ce n’est pas évident. On discute avec la Province pour voir combien l’école de police peut apporter financièrement." Cinq mois plus tard, on n’a guère avancé sur le dossier et il n’est toujours pas dans le pipeline.

Guère avancé, oui et non… La commune a passé la vitesse supérieure. "Nous avons écrit à la Province pour savoir si elle comptait acheter le stand de tir. Nous avons également informé les six communes de la zone de police Basse-Meuse, les trois de la zone Beyne-Fléron-Soumagne ainsi que Herstal pour leur expliquer où nous en étions. Il est hors de question que la commune paye pour la réhabilitation du stand de tir. Mais il est aussi hors de question que celui-ci soit laissé à l’abandon et ne devienne un chancre sur ce site de 48 hectares qui connaît une seconde jeunesse."

Autre piste, suggérée par un des maïeurs des zones de police concernées, la supracommunalité. Bref, la balle est dans le camp de la Province.