Liège Les motivations des agresseurs sont pour le moins obscures