Liège

Le calcul est très simple : il y a un peu moins de recettes que de dépenses. Et la différence nette est de 1,45 million d’euros… Ce jeudi soir, la commune de Herstal était amenée à voter son budget communal pour l’année 2014. Un budget bouclé à l’équilibre (53,8 millions €) grâce à une petite ponction dans le bas de laine (1,48 million) qui, dès lors, diminue d’autant. Frédéric Daerden, bourgmestre, rassure toutefois en précisant que la Ville conserve de bonnes réserves. Preuve en est… elle engage.

C’est certainement un des points forts du budget 2014 de Herstal. Alors que nombre de communes luttent pour ne pas licencier du personnel (et que certaines y sont contraintes), Herstal peut se targuer de prévoir quelque 25 engagements en 2014. Les dépenses de personnel (22,8 millions €) augmentent de 1,1 million par rapport à 2013.

Du côté des dépenses toujours, on remarquera que la dotation faite au CPAS augmente de 500.000 €… principalement à cause de la Résidence Louis Demeuse car on retrouve une dotation exceptionnelle de 1,5 million à Isosl pour la gestion de la résidence (déficitaire). "Il s’agit d’une sorte de petite pension mais qui doit couvrir plus qu’une année", précise le bourgmestre. Combien de temps ? "Cela dépendra des négociations"

Au niveau des recettes, on constate une certaine stabilité au niveau de l’impôt des personnes physiques (8,5 %) et des additionnels au précompte immobilier (2.600).

Et de poursuivre la politique des grands travaux dans le cadre du budget extraordinaire… "avec un plafond de 180 € par an par habitant", soit la limite autorisée pour les communes à l’équilibre.

Le budget extraordinaire s’élève ainsi à 23,83 millions € dont 8,45 d’emprunts, 11,3 de subsides et 4,1 de prélèvements. On y retiendra les travaux au pôle Marexhe-gare, ceux au pôle Hayeneux, l’acquisition de la tour Pépin (près du musée communal) ainsi que des aménagements au niveau des deux grandes salles de sports dont l’aménagement d’une piste d’athlétisme.

Frédéric Daerden retient donc "le respect des engagements avec des taxes inchangées", "le renforcement de la police de proximité [NDLR : 6 engagements]", "un plan d’embauche"… et une maîtrise des dépenses. Le bas de laine est quant à lui passé de 11,8 à 6,6 millions €.