“C’est sa vie qui part en fumée”

M. B. Publié le - Mis à jour le

Liège

L’entreprise Cataldo a été victime d’un incendie vorace… criminel ?

LIÈGE Il était à peine passé 4 h, ce mercredi matin, lorsque les flammes ont commencé à s’attaquer à l’entreprise Cataldo BigMat, située rue Pré Binet, à deux pas de l’hôtel de police de la rue Natalis. Fort heureusement, on ne déplore aucune victime mais lorsque Daniel Cataldo est arrivé sur place… il était déjà trop tard.

Malgré l’intervention rapide des services de secours, en effet, les flammes ont ravagé une grand partie du site, le magasin, les bureaux et l’entrepôt. Seul l’atelier de menuiserie a échappé à ce sinistre vorace.

“Au total, une cinquantaine de personnes sont descendues sur place” , commentait ce mercredi matin le commandant des pompiers, Marc Cambresy, devant les restes de l’entreprise. Le plan rouge fut en effet déclenché, les hommes du feu liégeois ont pu ainsi bénéficier de l’aide de leurs collègues de Herve, de Theux, de Verviers et de la protection civile, “nous avons eu recours à quatre autopompes, trois citernes de la protection civile, deux échelles et un élévateur” .

Il faudra toutefois plus de quatre heures pour enfin maîtriser le sinistre qui avait pris dans l’entreprise spécialisée dans les matériaux de construction en bois… Devant la société, ce mercredi matin, les employés ne pouvaient que constater les dégâts, impuissants.

“C’est 35 ans de sa vie qui partent en fumée” , expliquait bouleversée la fille de Daniel Cataldo, propriétaire et fondateur du magasin. “Nous sommes 38 travailleurs ici et le patron n’est pas tout jeune. Tout est ravagé, il ne reste plus que l’atelier de menuiserie” , commentait dépité Fabrice. “Je suis dans l’entreprise depuis 18 ans, c’est une partie de notre vie, tout le monde se connaît on travaille vraiment en famille.” “Et quel choc pour le patron, il s’est fait tout seul il y a plus de 35 ans.”

On pouvait lire sur les visages des employés le désespoir alors que les flammes étaient encore actives. “Je suis ici depuis trois ans mais j’ai 50 ans”, poursuivait Henri, “cela ne sera pas facile de retrouver du travail.”

En 2001, un incendie relativement important avait déjà ravagé une partie des locaux. Rien de comparable avec ce sinistre toutefois, “à l’époque, l’activité avait d’ailleurs repris rapidement” .

Ce jeudi, un expert sera envoyé sur place, il s’agira de déterminer les causes exactes de l’incendie que d’aucuns estimaient criminel. Voici deux semaines environ, des employés de chez Cataldo ont en effet aidé à déjouer un hold-up qui allait être commis dans un commerce voisin. Une piste probable…



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner